Adolphe Muzito, donneur des leçons ou éveilleur des consciences ?

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le concept « Tribune » n’est plus étranger à la scène politique congolaise et même internationale. Il fait penser directement à Adolphe Muzito, premier ministre honoraire de la RDC. Ce dernier en est déjà à sa sixième tribune intitulée Kinshasa : L’enfer au paradis. Faisons fi de cinq premières tribunes pour nous appesantir sur la toute dernière. Il la consacre à Kinshasa, capitale de la RDC. Dans ce document de 19 pages, il s’attèle à présenter de systématique et approfondie les atouts et les faiblesses de la mégalopole. Parmi les atouts, il énumère le nombre élevé d’habitants de Kinshasa estimé à 12 millions et qui constitue un marché important, sa superficie (10.000 km2 , un grand espace vital pour un développement harmonieux), sa densité( 1.200 habitants au km2 , une des plus basses au monde) et enfin sa topographie, sa climatologie ainsi que son hydrographie( baignée par le fleuve Congo et cinq grandes rivières notamment Ndjili, Nsele, Lufimi, Mayi-ndombe et Kwango). S’agissant des faiblesses, il épingle la répartition spatiale déséquilibrée de sa population, la prise en charge déséquilibrée de la population du point de vue administratif et sécuritaire, la distribution déséquilibrée des infrastructures sociales et économiques et le chômage et la qualité précaire des emplois. L’ex premier ministre ne se limite pas là. Il va jusqu’à présenter des suggestions pour que Kinshasa migre de l’enfer d’aujourd’hui au paradis de demain.
Quoi qu’il en soit, quoi qu’on en dise, cette sixième tribune est un véritable vade-mecum. C’est un tableau de bord que les gouvernants peuvent exploiter pour la planification de la ville de Kinshasa. Même la grande communauté scientifique trouvera son compte dans la lecture de ce document. Le principal mérite d’Adolphe Muzito, c’est d’avoir tiré la sonnette d’alarme. Nous sommes bien obligés de lui reconnaitre la qualité d’éveilleur des consciences.
Cependant là où le bât blesse, il n’y a pas longtemps qu’Adolphe Muzito a été aux affaires. D’abord comme ministre du budget et ensuite premier ministre. La situation du pays qu’il peint aussi merveilleusement ne date pas d’aujourd’hui. En son temps, qu’a-t-il fait ? Pourquoi n’a-t-il pas réagi pendant qu’il était aux affaires ? Et d’ailleurs, le point d’achèvement n’est-il pas l’œuvre de l’ex premier ministre ? Une préoccupation se dégage : Qu’a-t-il fait des économies issues du point d’achèvement ? La population, a-t-elle ressentie les effets bénéfiques de l’atteinte du point d’achèvement ? Aujourd’hui, le brillant économiste endosse le costume de donneur des leçons.

Jean Marie Mawete

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*