Affaire Chebeya Le témoignage accablant de Kalala Tshilonda enfonce de nouveau Mukalayi

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le colonel Daniel Mukalayi wa Mateso, numéro 2 des Services de renseignements spéciaux de la police nationale congolaise (PNC) vient d’être encore une enfoncé par le témoignage de Kalala Tshilonda, son chauffeur. Le colonel Daniel Mukalayi wa Mateso es toujours considéré comme l’un des bourreaux de l’assassinat de Floribert Chebeya et de Fidèle Bazana, deux activistes des droits Humains, assassinés le 1 juin 2010. Ce témoin a fait sa déposition au cours de l’audience de la Haute cour militaire tenue le lundi 12 juillet à la prison centrale de Makala dans l’affaire qui oppose le ministère public et parties civiles contre les agents de la police nationale congolaise incriminés.
Sans ambages, Kalala Tshilonda a soutenu que les agents de la PNC avaient réussi à assassiner Floribert Chebeya et Fidèle Bazana sur commandement de Daniel Mukalayi et John Numbi, son chef hiérarchique. Comme pour le témoin camerounais, détenu dans les locaux de la PNC et au moment où Chebeya avait pénétré dans les locaux de la PNC. Kalala a également retracé les circonstances qui ont entrainé la mort du Directeur exécutif de l’ONG ‘’ La Voix des voix’’ et de son chauffeur.
Après une série des questions lui posées par l’Auditeur général (ministère public), Kalala a affirmé avoir assisté à l’assassinat de la troisième victime non autrement identifiée qui lui aussi comme par hasard, avait subi le même sort que les deux activistes des Droits Humains. En ce qui concerne les dépouilles mortelles des disparus, le renseignant a précisé qu’elles ont été jetés respectivement dans la ferme de John Numbi, à Mitendi dans la périphérie de Kinshasa et à Kinsuka, avant d’accentué que John Numbi a fait partir de Kinshasa pour Lubumbashi les polices fugitifs recherchés par la justice congolaise. A en croire les avocats des parties civiles, ces révélations permettront d’éclairer la lanterne dans cette affaire. Comme il est de la coutume des avocats de contester certains faits quand bien même ils seraient vrais, le collectif des avocats de la défense se sont inscrits en faux contre les témoignages rapportés par Kalala. Pour appuyer leur défense, Me Jean-Marie Kitungwa du collectif de la défense du prévenu Mukalayi, a brandi une cassette qui reprenait les conversations téléphoniques qui auraient été enregistrées par Jacques Mpetshi, cuisinier de Daniel Mukalayi. Ceci comme pour dire que le renseignant Kalala a été corrompu avant de venir faire sa déposition. ‘‘ Tout ce qu’il a raconté ne sont que des mensonges’’, a indiqué l’avocat. Me Richard Bondo de la partie civile, a pour sa part chercher à savoir comment est-ce que le téléphone incriminé s’est-il retrouvé entre les mains de Me Kitungwa de la défense étant entendu que celui-ci ne devait pas être le bourreau du cuisinier du colonel Mukalayi. La partie civile a accusé la défense de subordination des témoins étant donné que le cuisinier du colonel Mukalayi détenait une carte mémoire qu’il aurait remise à l’avocat de Mukalayi et non un téléphone portable. Pour la défense, la subordination des témoins se traduit par cet élément de discordance entre l’avocat de Mukalayi et le cuisinier de ce dernier. Avant de suspendre l’audience, le président de cette chambre a indiqué que la cour va poursuivre avec l’audition d’autres témoins au cours de la prochaine audience prévue le jeudi 16 juillet toujours en chambre foraine à la prison centrale de Makala.
N.K.K

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*