Affaire FDLR: crise entre le Gouvernement et la Monusco !

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le Gouvernement et la Monusco ne parlent plus le même langage sur la traque des rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR). L’exécutif souhaite que la mission onusienne mène désormais seule ses propres opérations sans l’appui des Forces armées de la RDC contre tous les groupes armés qui écument la partie Est de la RDC.

Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende a expliqué, lundi 16 février, que ‘‘Cela fait partie de son mandat’’.

‘‘Nous avons un partenaire, la Monusco qui est avec nous. Il y a une gestion de cette opération de désarmement que nous voulions commune avec elle. Gestion que nous avons trouvée malencontreuse et en tout cas décrédibilisant pour la RDC.  C’est ce qui a poussé le président de la RDC à dire : ‘‘je renonce à cette collaboration pour le désarmement des FDLR’’, a déclaré Lambert Mende devant un parterre des journalistes. Mende a précisé que cette rupture ne concerne que l’opération de traque des FDLR.
‘‘ N’allons pas plus loin, je pense que c’est ça la décision. Il ne s’agit pas d’autres opérations. Il ne s’agit pas d’autres tâches qui ont été confiées à cette mission et encore que la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies donne mandat à la mission onusienne de traquer, de désarmer les groupes armés avec ou sans les forces de défense et de sécurité de la RDC’’, a-t-il poursuivi.

Décision saluée à la Monusco

La Monusco a salué l’engagement ferme du gouvernement de la RDC à prendre seul en main la neutralisation des FDLR, tel que décidé par le chef de l’Etat Joseph Kabila. Le porte-parole intérimaire de la Mission onusienne, Charles Bambara, l’a déclaré lundi 16 février.
‘‘ Nous saluons l’engagement ferme du gouvernement à prendre en mains la neutralisation des FDLR. La Monusco, de son côté, continuera à collaborer étroitement avec le gouvernement congolais pour s’acquitter du mandat que lui a confié le Conseil de sécurité’’, a affirmé Charles Bambara.
Il a toutefois assuré que la Monusco devra continuer à appuyer les FARDC dans d’autres opérations militaires contre les forces négatives dans l’Est de la RDC.

‘‘Le gouvernement, par la voie du président, a bien précisé que pour les opérations des FDLR, nous voulons mener cette opération seule. Mais pour les autres opérations et nous savons qu’il y a d’autres opérations toujours dans cette même province du Nord-Kivu, dans la zone de Beni, il y a aussi au Sud-Kivu, au Katanga et ailleurs’’, a ajouté Charles Bambara.

Pour lui, la Monusco va également continuer à assumer d’autres missions qui lui sont confiées par le Conseil de sécurité au de-là des opérations de traque des FDLRS.
‘‘ Au-delà de ces opérations militaires, il y a d’autres missions transmises par le Conseil de sécurité à la Monusco autour des élections et à la bonne gouvernance. Nous allons continuer sur l’ensemble de ce chapitre main dans la main avec le gouvernement’’,  a poursuivi Bambara.

Le fossé qui s’élargit de plus en plus entre le gouvernement et la Monusco a relancé le débat sur les chancelleries occidentales dans les grandes places de Kinshasa.

Certains analystes estiment que le désaccord entre le gouvernement et la Monusco fait le lit des FDLR qui séjournent, depuis 20 ans, sur le sol congolais. Ces hutus avaient traversé en RDC alors Zaïre à la chute du régime Habyarimana en 1994.

Interrogés, de nombreux Congolais estiment que le gouvernement et la Monusco devaient harmoniser leurs points de vue pour la réussite de l’opération contre les FDLR, accusés de diverses exactions contre les populations civiles dans les Nord et Sud-Kivu (viols, vols, pillages des biens et autres).
‘‘Cette crise profite aux FDLR qui posent des conditions afin de retourner chez eux. Il a fallu que le gouvernement et la Monusco se mettent autour d’une table pour peaufiner des stratégies afin de neutraliser ces rebelles ‘’, a souligné un étudiant à la faculté des Sciences à l’Université de Kinshasa (UNIKIN).

Les FARDC sauront-elles seules traquer les FDLR? De nombreux Congolais répondent par la négative et regrettent que cette opération tarde à prendre sa vitesse de croisière depuis son lancement le 29 janvier à partir de la ville de Beni (Notrd-Kivu).
Ibakucha Mayanda

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*