Au cours de la sortie officielle de leur association Les magistrats de la Tolérance zéro installent leur bureau national

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Regroupés au sein de l’Association des jeunes magistrats du Congo (AJMCO), les jeunes magistrats congolais dits magistrats de la Tolérance zéro contre l’impunité ont installé leur Bureau national samedi 9 mai au cours d’une cérémonie consacrée à la sortie officielle de cette association. Cette association est composée des magistrats décidés à mener des actions de fond. Le go de leurs activités a été lancé par Luzolo Bambi Lessa, Conseiller spécial du Chef de l’Etat en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. Dans son mot de circonstance, Marie-Lydie Makelele, Présidente de l’AJMCO a indiqué que la naissance de cette plateforme découle du constat selon lequel dans la magistrature congolaise, il n’existait pas de structure qui permette aux jeunes magistrats de se regrouper pour réfléchir sur les pratiques quotidiennes de leur métier. C’est ainsi qu’ils se sont mis ensemble pour échanger, fixer des bases pour faire entendre leur voix au sein de la magistrature et dans les débats publics. Car, avec l’avènement de l’AJMCO, les jeunes magistrats auront l’occasion de discuter sur le bien fondé de leur noble profession et voir dans quelle mesure ils peuvent se prendre eux-mêmes en charge. En tant que parrain de l’AJMCO, Luzolo Bambi a invité ces magistrats à mettre en application les recommandations du Chef de l’Etat lors de son discours adressé à l’occasion de la cérémonie de clôture de leur première cession de formation 2010. ‘‘Le président vous avait exhorté que la magistrature n’était pas un corps de métier ordinaire, c’est plutôt une sorte de sacerdoce, on y entre en réponse à une vocation vouée au service de la justice et des valeurs qu’elle incarne par le bénéfice exclusif des justiciables de la paix civile de l’ordre’’, a-t-il déclaré. L’ancien ministre de la Justice a également rappelé que l’AJMCO se présentait comme le gardien de la légalité et de l’ordre social, le justicier attitré de la société. Par conséquent, ces membres doivent être irréprochables, disciplinés et rigoureux dans leur profession.
En réponse, Makelele a rassuré qu’en créant l’AJMCO, lui et ses confrères n’ont fait qu’emboiter le pas à des associations des jeunes magistrats qui existent sous d’autres cieux, notamment en France, en Tunisie, au Mali et ailleurs. ‘‘Comme il existe au sein de la magistrature des syndicats qui militent pour les intérêts socioprofessionnels des magistrats, il était important que l’AJMCO crée cette structure pour fonctionner d’une manière transversale, en apportant sa flamme et son dynamisme au sein de la magistrature. Les membres de cette structure ont témoigné leur gratitude par à l’endroit de Luzolo Bambi étant donné qu’ils ont été recrutés en tant que magistrats pendant la période celui-ci assumait les fonctions de Ministre de la justice et de garde des sceaux.

Construire la justice de demain

Les diseurs de la loi ont indiqué qu’ils sont regroupés dans cette association étant donné que seuls, ils se voient incapables de suivre les débats en cours et de s’informer sur les bonnes pratiques qui existent dans les cours et tribunaux ainsi que les parquets. Aussi, un cadre qui les permette de réfléchir sur la justice et la place du magistrat dans la société, tout en assumant leurs tâches quotidiennes. Le numéro un de cette corporation a souligné à ce jour qu’il était important que les jeunes magistrats qui vont construire la justice de demain, s’interrogent sur leur place dans la société. Les membres de l’AJMCO pensent que la qualité de la justice passe avant tout par ceux qui font la justice au quotidien et qu’ils doivent d’ores et déjà engager des changements profonds dans leurs pratiques quotidiennes sans attendre des solutions miracles.

Objectifs

Il convient de noter que l’objectif poursuivi par cette association est de défendre les intérêts socioprofessionnels de la magistrature, la spécialisation fonctionnelle d’une catégorie des magistrats ou la promotion du genre dans le corps. Elle milite pour une justice de qualité autour de quatre pôles d’actions, notamment celui portant sur la formation continue des magistrats, le respect des normes déontologiques applicables aux magistrats. Les deux derniers pôles sont consacrés aux réflexions sur les pratiques quotidiennes et les réformes de la justice et à la communication et l’éducation civique. AJMCO en appelle à la conscience des magistrats d’assurer la transparence de la justice et l’information du citoyen, sans pour autant contrevenir au devoir de réserve ni au nécessaire symbolisme de leur fonction. Makelele a relevé que l’AJMCO a élargie le champ d’adhésion à autres magistrats qui les ont précédés dans la profession et qui ont dépassé une limite ou ancienneté. Elle a argué qu’après avoir installé le bureau de Kinshasa, l’AJMCO s’occupera d’autres provinces. Il sied de noter que l’adhésion à l’AJMCO est critère de vocation dans la profession pour une justice de qualité, étant à l’écoute du justiciable et demeurer respectueux de la déontologie de la fonction et faire preuve de dynamisme pour chercher à s’améliorer et affronter les grands débats au-delà des clivages politiques. L’AJMCO a été créée en janvier 2015.
Nico Kassanda

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*