Ça brule à la Majorité présidentielle

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

A quelques mois des élections locales, les frondeurs ne sont pas prêts à désarmer au sein de la famille politique du chef de l’Etat. Après la réunion de Kingakati d’il y a une semaine, le groupe des 7(dit G7) continuent de mettre la pression sur Joseph Kabila et préconisent l’alternance en 2016. Le président de l’Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec), Gabriel Kyungu wa Kumwanza est compté parmi ces caciques qui prônent le changement à la tête du pays en 2016.
Ce notable katangais l’a clairement exprimé dans un entretien accordé, le week-end dernier, au magazine Jeunes Afrique.
«Nous sommes opposés à l’organisation des élections locales avant les provinciales, les législatives et la présidentielle. Dans l’ensemble, je relève une sorte de précipitation. Mais dans tous les cas, nous qui avons écrit au président Joseph Kabila, nous pensons que le pays doit privilégier les échéances importantes du processus électoral : les provinciales d’abord, puis, concomitamment les législatives et la présidentielle. D’autant qu’avec les élections provinciales, nous ferons d’une pierre deux coups : ce sont les députés provinciaux qui élisent les sénateurs. Nous sommes donc opposés à l’organisation des élections locales avant ces scrutins!», a-t-il expliqué.
Le président de l’Assemblée provinciale du Katanga est parmi les sept chefs des partis politiques qui ont écrit à Kabila pour solliciter la réunion de recadrage, tenu il y a quelques jours dans la ferme présidentielle de Kingakati, dans la banlieue kinoise.
Dans ces courriers adressés à leur autorité morale, ces chefs des partis politiques exprimaient “[leurs] inquiétudes et [leurs] préoccupations par rapport à la situation politique du pays” et dénonçaient la volonté supposée du président de rempiler en 2016 malgré la Constitution malgré les barrières de la constitution.
“Après 15 années d’exercice du pouvoir [Joseph Kabila est arrivé au pouvoir en 2001 après l’assassinat de son père, NDRL] (…), nous constatons aujourd’hui hélas un essoufflement qui se traduit par des faiblesses susceptibles d’annihiler les progrès réalisés”, écrivaient-ils à l’attention de Kabila.
Kyungu est convaincu que seul le fédéralisme peut permettre d’administrer convenablement la RDC, qui est un sous-continent à elle seule, et d’assurer la redistribution des richesses nationales d’une manière équitable.

«En plus de cinquante ans d’indépendance, nous avons expérimenté l’unitarisme en appliquant parfois la centralisation à outrance, et n’avons connu que des échecs. Nous ne pouvons plus continuer à prétendre que concentrer trop de pouvoirs à Kinshasa permettrait le développement du pays », a poursuivi le président de l’Unafec.

Réponse du berger à la bergère
Dans un entretien accordé, il y a quelques jours à la presse, le ministre des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda a répondu aux frondeurs du palais. Kabiliste de la première heure, le chef de la diplomatie congolaise a accusé tous ceux qui prônent la révision du calendrier électoral de vouloir une chose et son contraire. « Ces dernières années, l’Opposition a toujours exigé que le processus électoral commence par la base. Serait-on aujourd’hui en train de reprocher au gouvernement d’avoir fait droit à une demande d’une partie de l’opinion congolaise, représentée par l’Opposition ? La démocratie ne concerne pas seulement l’élection présidentielle ou les législatives. Est-ce normal que, après avoir inscrit dans la Constitution que les maires et les chefs de territoire doivent être élus, nous puissions continuer avec des non-élus à la tête de nos entités territoriales ? », s’est interrogé Tshibanda avant d’ajouter.
« On a demandé un calendrier global, il est sur la table. Il respecte les délais prévus dans la Constitution et prend en compte toutes les échéances dans l’ordre voulu, au départ, par l’Opposition. Un ordre qui répond aux exigences d’une véritable démocratie. Arrêtons de spéculer sur le “glissement”. Mettons-nous au travail, et que les leaders politiques présentent à la population leur projet de société ».
Il a par ailleurs assuré que l’État a pris des dispositions pour couvrir la part qui lui revient pour le respect du calendrier électoral de la Ceni.
Ibakucha Mayanda

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*