Célestin Kabala : ‘‘ Kalala Mukendi mérite des obsèques dignes de sa légende ’’

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le monde du football est de nouveau endeuillé . Il s’agit de la disparition Pierre Kalala Mukendi, ancien sociétaire du Tout Puissant Englebert Mazembe. Décès survenu mardi 30 juin dernier en Afrique Sud d’une maladie due au sport. La dépouille mortelle de ce légendaire du football congolais et Africain arrive à Kinshasa dans les tous prochains jours. L’enterrement aura lieu ce samedi 11 juillet prochain. Frappé par cette disparition, Pierre Célestin Kabala Mwana Mbuyi, Président de l’Association des journalistes du Congo (AJSC) et analyste chevronné du sport roi, a témoigné sur la vie et la carrière de cet ancien footballeur. Dans ses propos, Kabala Mwana Mbuyi a indiqué que Kalala Mukendi mérite des obsèques dignes de sa légende. Ce connaisseur du football congolais s’est également plaint de l’abandon des anciens joueurs par l’Etat. De ce fait, ils s’en vont dans l’au delà et laissent leurs primes derrière eux.

Quel regard Pierre avait-il face football actuel en RDC.
Il regrettait toujours sur le fait que l’actuelle génération n’a pas suivi beaucoup de références du passé. Il déplorait sur le fait que l’actuelle génération aimait la facilité et péchait par l’indiscipline. Pour lui, il fallait travailler. Il disait que pour toute réussite, il fallait travailler durement. Il souhaitait autant que lui, qu’il y ait autant footballeurs buteurs. Il tenait à former des footballeurs buteurs. Mais il a constaté qu’il y avait relâchement du football .Il attribué cela à la qualité du football de Kinshasa, qui pour lui était un football de spectacle. Alors que Katanga, lui avait un football de détermination directe ou semi directe qui visait le but. Pourtant il ne manquait pas d’artistes dans les équipes du Katanga. Pierre a remarqué la baisse dans le sens de la formation des buteurs. Pour lui, l’objectif c’est vrai faire plaisir par des spectacles, mais allier l’utile à l’agréable. Pour lui, il fallait marquer des buts. Il y a eu des gens comme Lofombo Ngeleme, Ndaye, Mayaula, Tueba, Eugène Kabongo et les autres qui ont pris les aptitudes de Kalala dans le sens du tir. Malheureusement, après eux, il y a eu le déclin. Il n’y a plus eu des buteurs patentés. Voilà pourquoi nous recourons aujourd’hui aux Zambiens, Zimbabwéens, Maliens Burkinabés, au contraire, toutes ces nations ne juraient que par Kalala.

Qu’est-ce que le staff technique avait-il découvert en lui pour confier la charge de l’équipe ?
C’était justement son sens élevé de responsabilité, son sens de communication. Il savait à inculquer les leçons à ses coéquipiers et aux autres footballeurs.

Quelle était son comportement vis-à-vis des autres
Pierre ne parlait pas beaucoup. Il était rare de le voir en colère. Et une fois qu’il était en colère, tout le monde disait le lion est en colère. Parce qu’il suffisait qu’un joueur arrive en retard, et Pierre le regarde d’un clin d’œil, celui là devait vite comprendre qu’il n’avait pas sa place à l’entrainement du jour. Pour Pierre, lorsqu’on dit que l’entrainement commence à 9h00, c’est à 9h00 que l’entrainement commence. Lorsqu’un coéquipier arrive à 9h05 ou 10, il n’a pas de place. C’est ce qu’il avait comme discipline dans son travail. L’ONATRA l’avait engagé en lui confiant la direction sociale. Il a fait développer les activités de basketball et de football où il était admiré par sa discipline.

Quelles fonctions a-t-il assumé au sein de la CAF ?
Pierre a été appelé à la CAF au sein de la commission technique continentale. Il a fait un mandat à la CAF. Comme chez nous au Congo, nous ne savons pas faire la promotion de nos fils et leur marketing, c’était lui qui avait pratiquement saboté la présence de nos techniciens à ce niveau. Parce qu’à la suite d’un appel lancé au niveau continental, en disant, le football aux footballeurs, au pays, il s’était également dégagé une tendance à vouloir faire émerger les grands footballeurs de notre pays. Et tous ceux qui ont osé s’engager dans cette voix, étaient considérés par les dirigeants fédéraux comme étant des ennemis. Ils les ont fait descendre jusqu’au plus bas niveau. Ils ont quitté la confédération africaine de football à la suite des actions menées par les propres fils de la RDC.

Prime des anciens footballeurs
Merci pour cette question qui me touche au cœur parce que je suis d’hier et d’aujourd’hui. J’ai vu la manière dont tous ces compatriotes avaient l’amour pour la patrie et la manière dont ils se battaient pour servir le pays. Voilà qu’ils sont récompensés en monnaie de singe. C’est dommage et je peux qualifier cela de crime social. Parce qu’ ils avaient tout investi pour la pratique du sport particulièrement du football et du basketball. Mais la récompense qu’ils sont reçu, n ‘était pas à la hauteur de ce qu’ils donné comme plaisir au pays. Il ne fallait pas prendre un acte officiel, un administratif. Maintenant que le pouvoir public a pris un acte administratif officiel pour dire désormais, ils auront autant par mois. Ce qu’on a fait, c’est précipiter leur mort. Ils cru à la vie. Ils ont dit au moins chaque mois, ils toucheront quelque chose pour avoir servi la nation. Il y en a de ceux qui n’ont pas d’emploi. On leur a miroité cela. Après 3 mois de perception, c’est le déluge. Tous ceux qui meurent, c’est ça. Le trésor public va verser tout ces milliers d’argent qu’on leur doit dans leur tombe. Ça ne m’étonne pas parce que chez nous, les meilleurs éloges sont faits à titre posthume. Du vivant, les gens ne bénéficient pas de cela. Ça ne m’étonne pas, mais je regrette. C’est un crime contre l’humanité parce que c’est des milliers de sportifs qui ont été des vedettes et qui n’ont plus leur vie de vedette. L’Etat devait faire quelque chose pour une réinsertion sociale, mais qui ne le fait pas. C’est déplorable.
Mieux vaut tard que jamais. Pierre Kalala mérite les obsèques dignes de sa légende. Et déjà, l’Afrique envoie des messages par ci, par là. Il y a des dirigeants africains qui prenaient Kalala pour un dieu. En le voyant, ils s’agenouillaient et se disaient j’ai vu Kalala Yaoundé, maintenant, je peux mourir. C’est dommage que la RDC ne lui réserve pas des obsèques dignes de sa réputation.

Propos recueillis par Nico Kassanda

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*