Congé technique à l’Assemblée provinciale de la Tshopo : L’effet domino est à craindre  

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

 

C’est avec beaucoup d’amertume et de stupéfaction que l’opinion tant nationale qu’internationale a appris par la voie des ondes la mise en congé technique de la majorité des employés de l’administration de cette Assemblée provinciale.

 

L’organe délibérant a pu tenir pendant environ six mois. Pour y parvenir, l’ensemble du Bureau de l’Assemblée provinciale était contraint de consentir d’énormes sacrifices : Ces derniers étaient obligés de ponctionner même dans leurs avoirs pour atténuer tant soi peu la misère desdits employés.  Mais fort malheureusement, ladite Assemblée est arrivée à bout de souffle. Elle n’en pouvait plus.  Elle a pratiquement jeté l’éponge. Les employés envoyés au chômage contre leur gré rejoignent le marché de l’emploi déjà saturé.

Actuellement, l’administration de cet organe délibérant fonctionne quasiment avec un service maximum. Cette situation de fait, ne vat-elle  pas affecter le fonctionnement normal de cette institution ?

A la base, la fameuse rétrocession qui ne vient  pas depuis presque huit mois.  Quand va-t-elle venir ? Aucune précision à ce sujet. C’est à ce titre qu’une délégation de l’Assemblée provinciale va séjourner prochainement  dans la capitale pour avoir des pourparlers directs avec les autorités nationales. Dans le passé, d’autorités provinciales ont rencontré à plusieurs reprises les autorités nationales. Cependant, la rétrocession n’est toujours pas effective.

La Tshopo a donné le ton. D’autres provinces, n’entreront-elles pas dans la danse ? Il est temps pour les décideurs de prendre la mesure de la situation.

Non respect des engagements de l’Etat

La politique de la rétrocession de 40 %  des recettes aux provinces est légale c’est-à-dire garantie par la constitution du 18 février 2006. Et pourtant, le gouvernement central s’obstine à honorer cette obligation légale.  On se souviendra qu’en 2009, les dirigeants provinciaux de trois provinces notamment le Katanga, le Bas-Congo et le Kasaï Oriental ont initié une vaste campagne de sensibilisation pour l’application de la rétrocession. A cette époque, les autorités provinciales avaient menacé de saisir les instances judiciaires. Présentement, cette possibilité est toujours envisageable. Si tel était le cas, les provinces, auront-elles gain de cause ? Même si elles obtiennent gain de cause, le gouvernement central se pliera-t-elle aux décisions de la justice ?

Conférence des gouverneurs, un cadre approprié

La Conférence des gouverneurs reste et demeure un cadre approprié d’échange entre le président de la République et les différents et les différents gouverneurs de province. Elle se doit être le lieu idéal pour aplanir les divergences. Allusion faite spécialement Plusieurs villes l’ont déjà abrité à savoir Lubumbashi, Goma, Mbandaka, …

JM Mawete

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*