Dépréciation du Franc congolais rétréci encore plus le “sachet” de la ménagère

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le panier de la ménagère congolaise devenu depuis belle lurette, “le sachet ” connait depuis quelque temps de difficultés pour se remplir. Elle est en souffrance et de plus en plus, en panne sèche.

 

Son asphyxie est la conséquence de la dépréciation du franc congolais observée depuis des mois sur le marché de change. Une porte ouverte à la flambée des prix de denrées de premières nécessités d’abord à Kinshasa, ensuite dans les provinces. Selon une source digne de foi, l’inflation hebdomadaire pour la semaine du 19 au 24 juin s’est située à 1,789% au niveau national et à 1,745% à Kinshasa. En cumul, elle se situe à 18,919% au niveau national et à 18,559% à Kinshasa. En annualisée, elle se situe à 43,391% au niveau national et à 42,490% à Kinshasa. En glissement annuel, l’inflation se situe à 31,103% au niveau national et à 31,434% à Kinshasa.une situation qui entraine la flambée des prix de première nécessité principalement le pain fabriqué à l’aide de la farine du blé, le bol des graines de maïs et du riz, aliment de base de la Quasi totalité de la population congolaise. Diminution de la quantité du pain. La dépréciation du Franc congolais a engendré quelques conséquences notamment sur la consommation du pain à Kinshasa.

 

Tenez ! Malgré la hausse de dollars sur le marché de change, l’on constate que le prix du pain produit localement, est demeuré le même. Les producteurs n’ont rien à faire à cette augmentation du prix de la Baguette de pain sur le marché malgré que le sac de farine soit vendu au taux du jour de la monnaie américaine. Sur terrain, les fournisseurs ont mis en place une politique consistant à diminuer sensiblement le volume de pain. Cette politique permet aux producteurs de maintenir leur clientèle en attirant les consommateurs. Ainsi, en maintenant le prix, les fournisseurs produisent une quantité plus grande que précédemment. En fait, ils jouent sur le volume et la quantité. Ils préfèrent maintenir le prix à un niveau moindre, sachant que 95% de la population congolaise achète le pain à ce prix moindre. Les consommateurs livraient à eux même ne savent pas revendiquer, dans la mesure où le prix du pain est demeuré intact. Malgré la diminution sensible du volume du pain. Qui en Plus est devenu léger. Une situation Qui bouscule la bourse de foyer déjà en difficultés. Ainsi Un enfant qui consommait une miche de pain de 200 ou 300 DCF est obligé d’en consommer au moins 3 pour se rassasier. Déjà que beaucoup de famille réfléchissent comment suppléer au repas quotidien. Si hier, les fournisseurs utilisaient 100.000 sacs de farine pour la fabrication des 10 000 pains, aujourd’hui ils conservent la même quantité de production (de 100.000 sacs) pour en produire deux fois plus pour rentré dans ses plans. Les producteurs ou les fournisseurs ne perdent rien, mais au contraire, ils gagnent. Une politique qui consiste à rançonner les paisibles citoyens. Les décideurs doivent mettre en place des mécanismes pouvant résoudre cette crise. Regard de prix sur le marché En plus du prix du pain, tous les articles connaissent une augmentation vertigineuse. La Situation est intenable pour le citoyen lambda, d’autant plus que le salaire n’a pas bougé.

 

Le budget promulgué par le chef de l’état lundi 26 juin prévoit non pas une augmentation du salaire des fonctionnaires mais un Alignement au taux de 1,450 pour un Dollar. Encore que la dépréciation continue le taux tant vers 1500 DCF pour un dollar américain.

Nico Kassanda

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*