Des câbles électriques non isolés mettent en danger la vie des Kinois

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

C’est depuis 18 ans que les habitants du quartier Munganga dans la commune de Ngaliema à l’ouest de la capitale de la RDC courent les risques à cause de la présence des câbles éclectiques souterrains et aériens non isolés.
Au moins 7 avenues de ce quartier sont concernées par cette situation qui expose au quotidien la vie des Kinois.
Les avenues Régideso, Panzu, Mama Yemo et autres sont ornées par des câbles électriques non isolés sur plusieurs ramifications. En 2014, cette situation a couté la vie à trois personnes qui ont trouvé la mort après avoir été électrocutés par ces câbles. Ces personnes ont rendu l’âme après avoir marché sur des câbles de la SNEL qui longent quelques unes des avenues de ce quartier. Selon les habitants du quartier Munganga, plusieurs autres victimes de cette situation ont eu la vie sauve grâce à l’intervention des habitants. Ils ont affirmé que chaque année, beaucoup de piétons sont électrocutés sans que la SNEL ne pense à sortir ce quartier de ce fléau.
Pendant la saison de pluie, il est souvent difficile pour les administrés de ce coin de vaguer librement à leurs préoccupations. Car lorsque la pluie arrive, il est rare de voir certaines avenues et ruelles être fréquentées à cause du danger qu’elles présentent pour la population. En état de délabrement, les câbles qui alimentent en énergie électrique les différentes maisons sont en ébullition une fois au contact avec l’eau de pluie. De peur d’être électrocutés, certains habitants restent cloisonnés à la maison et attendent des heures après la pluie pour sortir de leurs habitations.
Hanna Mukendi, ancien habitant de Munganga a révélé que lors de l’installation de la deuxième cabine électrique de Bostangie, une des avenues de ce quartier en 1993, la SNEL avait installé des câbles électriques souterrains pendant que le sol de cette partie de Kinshasa est généralement humide. Quatre ans après, ces câbles avaient perdus toutes les matières d’isolement suite à l’incapacité du sol à pouvoir contenir la tension du courant. Ces câbles désormais sans protection remontés jusqu’à la surface du sol. Quelques temps après, ces files électriques qui ne peuvent plus supporter la surcharge électrique explosent à la surprise de la population tous les jours et les nuits. ‘‘La SNEL devrait utiliser les câbles électriques aériens qui constitueraient moins des dangers pour la population’’, a-t-il souhaité.
Selon un cadre du bureau de la société électrique établis dans ce quartier, le problème se situe au niveau de la gestion du courant par les bénéficiaires. Il d énonce la conversion de certains Kinois en agents de SNEL. ‘‘Aujourd’hui, tout le monde passe pour un agent de cette structure en matière de fourniture électrique. A l’absence des agents de la SNEL, n’importe qui peut s’improviser électricien ou encore agent en cas d’une panne pour réparer le courant dans ce quartier. Sans aucune notion dans ce domaine, ces amateurs laissent les câbles non isolés’’, a-t-il poursuivi.
Luc Lutala, expert en ressources naturelles et développement durables, toute installation électrique souterraine dépend du type de sol et de l’entretien qu’on y accorde. Et aussi de sa capacité d’isolation thermique. Il confie que la présence des câbles électriques dans un sol humide demande beaucoup de suivi et d’entretien pour éviter une dégradation rapide qui peut avoir des effets néfastes sur l’environnement. Le choix des câbles s’effectue sur base d’un certain nombre de paramètres et sur le type de sol qui joue un rôle sur la tension du courant alternatif. Les câbles souterrains nécessitent aussi une infrastructure pour atténuer les effets sur le sol et le sous-sol comme les glissements de terrain et certaines inondations. L’utilisation des câbles isolés sont plus recommandés à la place des fils nus en milieu urbain à cause de son impact visuel au point d’entrer et de sortie du sol.
Certaines études approuvent que les câbles bien protégés contribuent fortement à contenir le feu et à diminuer les émissions de fumées, de gaz toxiques et de dégagement de chaleur. Beaucoup de communes de la ville de Kinshasa souffrent de ce même problème notamment, Ngaba, Makala, Kalamu, Bandalungwa, Lingwala, Bumbu, Selembao et autres. Actuellement, la Société Nationale d’Electricité vient d’installer, à travers ses agents, des nouveaux poteaux électriques sur les avenues Regideso et Panzu.
Bénédicte N et Munor K

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*