Dialogue national: Aubin Minaku relance le débat

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le speaker de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku a relancé le débat sur le dialogue national, après plusieurs mois de flou autour de cette rencontre. Il l’a annoncé, mardi 15 mars, à l’ouverture de la session ordinaire de mars, au Palais du peuple, à Kinshasa. Aubin Minaku a indiqué que la Chambre basse du Parlement accordera, durant cette session, une place de choix aux débats républicains sur des questions vitales de la nation, notamment sur le dialogue national qui, d’après lui, se tiendra bientôt. Annoncé depuis novembre 2015, le dialogue politique ne fait pas cependant l’unanimité dans la classe politique congolaise. Il y a d’un côté, ceux qui soutiennent sa tenue, d’un autre, ceux qui le boycottent et ceux de la troisième voie qui veulent un dialogue sous les auspices de l’ONU. Pour les pro-dialogues, il est nécessaire que les acteurs politiques et sociaux se mettent autour d’une même table pour discuter de l’issue du processus électoral, vue les contraintes dans la tenue de la présidentielle dans les délais légaux. Cependant, une frange de l’Opposition refuse de participer au dialogue politique, soupçonnant Joseph Kabila de vouloir obtenir, à travers ce forum, le “glissement” de son mandat qui arrive au terme fin 2016. A la place du dialogue, ces opposants réclament plutôt le démarrage de la mise à jour du fichier électoral. Un autre groupe de l’opposition favorable au dialogue politique a plaidé pour une transition et une convention constitutionnelle, si les élections ne sont pas organisées dans les délais constitutionnels. L’un des leaders de ce groupe, Steve Mbikayi estime que ce schéma de sortie de crise permettrait de négocier une transition consensuelle, une espèce de cohabitation, de compromis, car explique-t-il, après décembre 2016, personne ne sera légitime. Steve Mbikayi ajoute que cette transition qui va durer le temps du processus électoral, ne doit pas violer la constitution. De son côté, la communauté internationale, représentée par l’Union africaine (UA), les Nations unies (NU), l’Union européenne (UE) et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ont appelé en février dernier les politiques congolais à assurer la tenue réussie des élections, préserver la paix et approfondir la démocratie, y compris à travers un processus politique. Le déroulement des élections dans les conditions requises de paix, de transparence de régularité, et à bonne date, contribuera grandement à la consolidation des progrès enregistrés par la RDC depuis plus d’une décennie, souligne le texte. Annoncé fin novembre par le chef de l’Etat, ce dialogue national inclusif devrait se dérouler à Kinshasa sous la co-modération d’un représentant de la majorité et d’un autre de l’opposition. Ce forum politique devrait porter principalement sur l’organisation d’un processus électoral apaisé, complet, inclusif, crédible et conforme aux standards internationaux et sur toutes les questions connexes au processus électoral.
Ibakucha Mayanda

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*