Grâce à l’implication du gouvernement Matata Le cyclisme congolais se relance sur l’échiquier international

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Alors qu’on tend vers la fin de l’année, le cyclisme de la RDC se relance sur l’échiquier international. Souvent oublié, le sport en général et le cyclisme en particulier est l’un des chantiers de la révolution de la modernité. Selon les opérateurs sportifs, c’est grâce aux efforts du gouvernement Matata Ponyo, surtout à l’implication personnelle du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, que le cyclisme congolais connait une grande avancée sur le continent. Les cyclistes congolais, toutes catégories confondues ont sillonné l’Afrique au cours de cette année. La performance du cyclisme congolais sur le continent se justifie par les stratégies mises en place par le numéro de la fédération congolaise de cyclisme (FECOCY), Sylvestre Motayo Mbela. Il se coupe en mille en morceaux en ce qui concerne la visibilité du cyclisme congolais. Selon les sources de la FECOCY, les cyclistes de la RDC dotés des vélos modernes, n’ont plus complexe vis-à-vis de grands cracks de la bécane du continent. L’année 2015 a été de gloire. Les Congolais ont côtoyé ces différents monstres du vélo à travers différents tours africains, Burkina-Faso, Sénégal, Bénin, Togo, Afrique du sud, Angola, Madagascar, Jeux Africains… pour ne citer que ceux-ci. A la clé, et à ce rythme accéléré, les cyclistes congolais ont amélioré leurs performances et roulent désormais à une moyenne de 42 Km/heure. Chose inimaginable, il y a moins de 10 ans. Les stages de haut niveau, les cyclistes de la RDC ont aussi effectués à côté de ceux des autres pays dont le cyclisme sert la carte de visite, de vitrine et porte-étendard.

Exportation du cyclisme
Il sied de noter que depuis quelques temps, la présence du cyclisme congolais est régulière sur le circuit de renommés du continent africain et n’a pas laissé indifférente les autorités internationales du cyclisme tant de la Confédération africaine que de l’Union cycliste international (UCI). Au cours de cette année, les instances internationales de la bécane ont doté les congolais de quelques bourses de formation et le comité directeur de la FECOCY en a profité pour prendre en charge d’autres cyclistes non bénéficiaires de la bourse de l’UCI. Les Congolais n’ont pas effectué le déplacement à la suite des derniers attentats terroristes en Egypte, qui a empêché certains cyclistes congolais boursiers de l’UCI de bénéficier du stage en Egypte. ‘‘Les efforts du gouvernement sous l’impulsion du Chef de l’Etat ne se sont pas limités à l’exportation du cyclisme’’, a soutenu un membre de la FECOCY. Sur le plan national, les autorités ont misé sur le Tour cycliste international de la RDC. Trois éditions ont été organisées sans incidents et ont permis aux différentes délégations étrangères de courir le Congo profond, en toute quiétude. Les coureurs africains ont parcouru sans inquiétudes le Kongo Central, Bandundu, Maniema, Nord Kivu, Katanga etc… Les dirigeants de la FECOCY ont vite compris que Kinshasa n’est pas la RDC. Ils ont jugé utile d’organiser la discipline au niveau des provinces. ‘‘Certes comme nous le soulignons, il y a le président Kabila et le gouvernement Matata Ponyo qui ont pesé de leur poids dans cette émergence du cyclisme congolais. Mais, il y a surtout l’implosion et la lucidité de Sylvestre Motayo Mbelu, le président la FECOCY. En bon manager, ce dernier a eu la clairvoyance de donner un souffle nouveau et vigilant, à la renaissance du cyclisme congolais, qui sur le coup depuis son avènement, est sorti du ghetto’’, a accentué un membre de la FECOCY.
O.Nawej

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*