Green Peace Africa dénonce les pratiques de gouvernance forestière de COTREFOR

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Une bonne gouvernance forestière passe par une amélioration forestière, recommandation de l’ONG Green peace Afrique, recommandation formulée dans un rapport qu’elle a publié il y a quelques jours. Green peace dénonce l’illégalité dans laquelle les sociétés d’exploitation forestière en RDC et les importateurs des bois opèrent. ‘‘Les activités de la société COTREFOR est empreinte d’illégalité’’, a indiqué l’ONG Green peace Afrique.

Criminelle et irresponsable

Selon l’organisation environnementale, la société libanaise COTREFOR travaille dans une illégalité totale dans le secteur forestier de la RDC. ‘‘COTREFOR abandonne beaucoup des bois, elle coupe des bois qu’elle n’utilise pas. Pour nous, c’est un dégât, parce que les bois servent par exemple à la production des champignons et des chenilles dont se nourrit la population. Mais on coupe du bois puis on l’abandonne à l’encontre de la loi. Les autorités savent mais elles nous font croire que l’exploitation est légale’’ a déploré Raoul Mosembula, coordonateur national Grenn peace Afrique. Et Mosembula de poursuivre que le manque de volonté est à la base de cette situation. ‘‘Nous avons une bonne réglementation, mais elle n’est pas mise en application. Ce qui nous fait mal ce que la réglementation est bafouée. Les personnes censées mettre la législation en application ne font pas leur travail. Car, nous nous posons la question de savoir si on doit délivrer une autorisation de la coupe au mois d’août, est-ce qu’on doit livrer une autorisation de coupe après le 31 décembre ? Ils savent que c’est illégal, mais ils le font. Pour arriver à une bonne gouvernance des forêts congolaises, il faut améliorer l’administration forestière’’, a soutenu Raoul Mosembula. ‘‘L’organe CITES a renvoyé récemment une vingtaine de permis de la RDC dont la société COTREFOR détenait pratiquement la moitié et la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) suppose que des permis venant de la RDC, étaient falsifiés. Cela signifie que les gens qui doivent faire le travail dans l’administration forestière doivent s’assurer qu’ils sont bien formés et ils doivent faire un bon travail par rapport à la réglementation existante. La coordination de la société Green peace Afrique pense également qu’il est temps pour les autorités congolaises de prendre des mesures afin d’arrêter l’illégalité de COTREFOR et des autres sociétés qui détruisent le foret tropicale du bassin du Congo.
Il sied de noter que CITES est un accord intergouvernemental signé le 3 mars 1973 à Washington. Il est aussi appelé convention de Washington.

L’Objectif

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*