Innocent-Emmanuel Kongo : ‘‘ Le calendrier électoral est irréaliste’’

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Innocent-Emmanuel Kongo Mabilama est un acteur politique congolais qui œuvre dans sa plate-forme’’ Le peuple d’abord’’. Votre rédaction lui a tendu le micro pour recueillir sa réaction face à l’actualité brulante.

 

La CENI vient de publier un calendrier électoral. Est-il réaliste ?

 

Dans un premier temps, ce calendrier n’est pas réaliste, fantaisiste parce qu’il contient beaucoup de failles. Par quelle magie, ledit calendrier est passé de 504 jours à 306 jours ? S’est-il interrogé. Ce chronogramme comprend beaucoup de failles. Il existe plusieurs opérations qui peuvent être regroupées en seul mais on a préféré les éclater. C’est un calendrier qui nécessite d’être peaufiné. Mais fort, malheureusement, c’est le seul que nous avons.

 

La révisitation du calendrier, ne va-t-il pas retarder le processus ?

 

Au fur et à mesure que nous avançons, nous pouvons procéder en même temps au toilettage du calendrier en couplant certaines opérations ou en les anticipant. Il y a certaines opérations qui ne relèvent pas de la CENI : l’adoption des lois au Parlement, leurs promulgations par le Chef de l’Etat, l’identification et l’enrôlement des congolais de l’étranger peuvent être faits par le ministère des congolais de l’Etranger. Pas besoin d’envoyer des équipes sur place.

 

Tout cela, a-t-il été fait délibérément ?

 

Bien sur que oui. Qu’il s’agisse de la majorité ou du pouvoir, chacun a trouvé dans le dialogue le moyen de parvenir au pouvoir. Les politiques se refusent d’affronter le peuple. Le rallonge du temps satisfait à tout le monde.

 

Est-ce possible de créer l’unité de l’opposition tel que Jean-Pierre Bemba l’a préconisé dans son récent message ?

 

En tant que leader politique, JP Bemba réagi tardivement. Un leader doit savoir anticiper, il n’attend pas que la situation se dégrade. Le moment idéal pour Bemba de marquer sa présence était Genval. Bemba voulu se mettre à l’écart pour négocier en catimini avec Joseph Kabila. Fort, malheureusement, Bemba a compris que Kabila dribblé tout le monde. En politique, il faut s’efforcer à connaître son adversaire. L’unité de l’oppostion, c’est encore un rendez-vous manqué. JP Bemba avait eu l’occasion de fédérer l’opposition par le biais de l’Union pour la Nation. Et aujourd’hui, il appelle encore à l’unité de l’opposition.

 

Concrètement, croyez-vous à cette fameuse unité de l’opposition ?

 

Je ne crois pas à cette unité. Ils sont en train de demander soit une transition sans Kabila soit l’application de l’accord de la Saint Sylvestre. Cet appel à l’unité ne s’inscrit pas dans un cadre idéologique, dans une nouvelle vision du Congo. On va s’unir pour dégager Kabila et après ? L’unité, oui mais pour quelle finalité ?

 

Que peut-on attendre de la rencontre JP  Bemba-Felix Tshisekedi ?

 

Ce sont encore des parllotages de ceux qui se considèrent comme leaders politiques. Ils vont peaufiner des stratégies et le pouvoir prendra des dispositions pour se maintenir au pouvoir.

 

Quel était l’objet de votre dernier séjour dans la province du Kwilu ?

 

Nous sommes allés répondre au cri d’alarme lancé par le maire de Kikwit. Cette ville héberge actuellement quatre camps de déplacés venus du Kasai suite aux tristes événements de Kamwina Nsapu. C’est vraiment, un drame humanitaire. Ces déplacés sont là depuis quatre ans sans assistance humanitaire : Les uns passent la nuit à la belle étoile, les femmes n’ont plus des maris, les enfants sont devenus orphelins, les hommes sont devenus inaptes, … Bref, nous allés apporter notre assistance à cette population meurtrie et évaluer les besoins pour la prise en charge.

 

Ces déplacés, ont-ils reçu le soutien du gouvernement ?

 

Aucun soutien. On nous a juste signalé le passage du ministre de l’Agriculture accompagné d’un délégué de la FAO qui a remis des intrants. Comment remettre des intrants à une population instable ? La meilleure politique serait de remettre ces intrants agricoles et le soutien financier aux fermiers qui à leur tour  prendront en charge ces déplacés. Aucune assistance également des organisations internationales. L’UNICEF s’est limité à scolariser les enfants. Et après, comment les enfants vont-ils survivre ?

 

Un plaidoyer en vue ?

 

Oui, avec les images et les rapports que nous avons amenés. On se tourne vers les partenaires extérieurs pour la prise en charge de déplacés.

En perspective, quelles sont les activités de la plate-forme ‘’Le peuple d’abord’’

Nous sommes en train de mobiliser les populations à la base. Nous continuons l’implantation à travers le pays. Nous croyons que tôt ou tard, il y aura des élections dans ce pays. Et la prochaine étape, c’est la province du Kongo central. Une équipe sera déployée à la province de l’Equateur.

 

Un appel au peuple congolais

 

Nous appelons à la vigilance et à la mobilisation générale. Il faut nous approprier ce calendrier et voir comment atterrir en douceur. Nous n’avons pas d’autre calendrier, si nous le rejetons, il ne restera plus que l’option de la gurre frontale que nous devons éviter absolument.

 

Propos recueillis par JM Mawete

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*