Jean-Claude Katende estime que la vie humaine est une valeur à protéger

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Jean-Claude Katende, président de l’Association Africaine pour la défense des droits de l’Homme (ASADHO), une organisation des droits de l’Homme basée sur la protection et la défense des droits Humains et de développement, a indiqué que le droit à la vie demeure le droit de l’Homme le plus important, mais un droit qui est menacé par des atteintes dont la plus cruelle se trouve être la peine de mort. Il s’est exprimé à l’occasion d’un atelier centré sur la campagne portant sur l’abolition de la peine de mort en RDC, organisé lundi 2 novembre à l’hôtel Sultani dans la commune de la Gombe. A cette occasion, Katende a indiqué que malgré la campagne lancée pour l’abolition de la peine de mort par des organisations de la Société civile, des professeurs d’universités et d’autres personnalités, les deux textes de loi introduits en 2010, respectivement par le professeur Nyabirungu et Mbata, proposant l’abolition de la dite peine, n’ont pas été suivis par les parlementaires de notre pays. C’est la raison pour laquelle l’abolition de cette peine est loin d’être gagnée dans notre système juridique. Il a martelé que cette question doit demeurer d’une façon permanente. Le représentant de l’ASADHO a, en outre, indiqué que le but du lancement de cette campagne est de mettre autour d’une même table les personnes qui optent pour la peine de mort et ceux qui en sont contre. Car, discuter sur ce thème vaut son pesant d’or dans la mesure où la vie humaine est une valeur importante qu’il faut à tout prix protéger. ‘’ Nous avons voulu remettre la question liée à l’abolition de la peine de mort à l’agenda des discussions au sein des professionnels des droits de l’Homme congolais et des universitaires, des hommes et femmes du monde judiciaire. En 2010, il y a eu des propositions des lois qui ont été faites par certains professeurs en son temps, pour obtenir l’abolition de la peine de mort. Cependant, ces propositions n’avaient pas été suivies au niveau du Parlement, et nous avons voulu 5 ans après revenir sur la même question pour voir si les opinions ont changé ou pas. L’occasion qui nous a été donné, est de discuter de la question avec tout le monde pour définir quelles sont les perspectives’’, a expliqué Katende avant d’enchainer : ‘‘ En 2010, des députés et sénateurs avaient estimé qu’abolir la peine de mort, favoriserait des tueries ou des massacres dans la partie Est du pays. Or à ce jour, la peine de mort est toujours maintenue. Si nous estimons que la vie est une valeur importante, il faut la protéger à toute occasion. Dans la société traditionnelle, la peine de mort n’était pas prononcée pour tous les faits. Elle était prononcée uniquement pour des faits extrêmement graves ‘’. Jean-Claude Katende a également expliqué que pour porter atteinte à la vie humaine d’un criminel, il fallait absolument que les faits soient extrêmement graves. Il convient de souligner que le gouvernement a déjà pris la décision consistant à décréter le moratoire sur l’exécution de la peine de mort. Il convient de noter que plusieurs personnalités du monde politique, des parlementaires, magistrats, avocats, chevaliers de la plume, Professeurs d’Université ainsi que des associations qui militent contre la peine de mort en RDC, sont les différents personnages qui ont pris part à ces assises. On a également noté la présence de Corina Vanderlaan, chef de mission adjointe de l’Ambassade du Pays-Bas en RDC. Le chef de mission adjointe de l’Ambassade du Pays-Bas en RDC, a manifesté sa grande satisfaction d’être une fois de plus nommé diplomate du Pays-Bas au Congo. Elle a indiqué que la sagesse africaine de l’arbre à palabre continue d’être utilisée dans la recherche des solutions. Justifiant l’appui du Pays-Bas à ses assises, elle a souligné que le Pays-Bas a voulu tout simplement apporter sa pierre à ce débat qui déchaine les passions à travers le monde. ‘‘ J’imagine que la RDC n’échappe pas à cette réalité. C’est probablement face à tous les évènements tragiques qui jalonnent son histoire jusqu’aujourd’hui. L’ASADHO a bien résolu de pouvoir s’interroger sur cette question : Peine de mort en RDC, justice ou vengeance ?
N.K.K

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*