La carte d’un Jeune Président

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Il n’est ni petit dieu, ni dictateur, il est un homme de conscience et de bon sens. Joseph Kabila le président a invité grands parents, parents, oncles, tantes, frères et sœurs sous l’arbre à palabre. Cela, certainement à la recherche d’une synergie positive qui amènerait une concordance pour l’avenir du Congo qu’il l’affectionne tant. Pourquoi l’a-t-il fait ? Au bénéfice de qui? Et pour quel dividende politique? La voix de la jeunesse sera-elle entendue et aura-elle vraiment enfin sa place? Cette victime incontestée de la cruauté de nos politiciens et de manipulations politiciennes?
Qu’importe, nous osons croire que cela est fait dans la quête de trouver la bonne façon de gouverner pour enfin léguer à notre jeunesse, un pays digne. Un pays en paix, dépouillé de démons des controverses, des criminalisations et d’insinuations. Mais, le politique, les sociétés civiles et la légendaire communauté internationale ont-ils réellement compris le sens de cette démarche? Où resteront-ils toujours enfermés dans la logique de leurs visions egocentriques et égoïstes qui ont souvent caractérisées notre passé?
Comprenons que dans Paris, Bruxelles, Berlin, Londres, Washington, Ottawa, Tokyo, Dubaï il y a aussi des sans abris, des mendiants, des malades. Et l’inévitable commun trépas frappera grands et petits, tiers monde et monde développé, dit-on! Ainsi se résout donc toute la vie; nous y passerons tous comme quoi la civilisation n’est qu’une illusion car n’ayant apporté que crimes et discrimination dans une inconscience ou ignorance du vrai, c’est à dire la finalité commune. Après tout ne sommes nous pas tous sans distinction, habitants mortels de cette terre? Peuple congolais ne soyons pas naïfs, rappelons-nous et rappelons aussi à la communauté internationale qu’elle était au Rwanda avant la mise en œuvre de l’acte macabre et qu’elle n’a pas pu empêcher ce génocide là. Ce génocide est aussi en partie cause de la crise profonde du Congo. Et pourtant cette Communauté internationale tire à boulet rouge sur le peuple congolais qui essaie de se redresser après tant d’années de souffrance sous un regard complice. Rappelons-nous aussi que cette même communauté internationale était parraine du feu président Mobutu. La suite, on la connaît. Elle avait, la même communauté internationale, promis au libyen le paradis en se débarrassant de leur Kadhafi. Farce, les libyens vivent leur paradis aujourd’hui: plus de communauté internationale en Lybie, plus d’ambassade occidentale dans ce pays de l’Afrique dont le peuple n’enviait aucun autre peuple du point de vue social. La liste des faits est longue et nous devons donc être réalistes, la communauté internationale comprise.
Le monde ou le tiers monde est à feu et à sang toujours avec la même communauté internationale que certains d’entre nous prennent comme des dieux sans qui le congolais ne pourrait rien faire. Et pourtant, le congolais prouve dans son parcours actuel, qu’il est capable et digne de se gouverner si on lui en donne la chance. Malgré la présence des va-t-en guerre, les progrès bien que modestes sont perceptibles.
Jusqu’à quand serions-nous en mesure d’apprécier même le peu que nous réalisons bon gré mal gré? Illusion de grandeur, illusion de tout contrôler, l’humain reste humain pas plus. Ce qui est vrai est que tous les congolais et congolaises ne rêvent pas d’aller à Paris, à Washington, et dans ces prestigieuses villes occidentales où ils sont traités comme des peuples d’une autre planète. Non et non, ils veulent rester chez eux y vivre tranquillement. Tous ceux que nous appelons les Kabilistes les Tshisekedistes, les combattants, les…, les… sont de congolais et congolaises. Ces clivages là ne sont que l’œuvre des déstabilisateurs. Que veut le peuple? La paix et la tranquillité avant tout et ensuite son pain quotidien. Les élections sont bonnes certes, est-ce la garantie qu’elles apporteront ce minimum vital recherché?
Et dans quelles conditions voulons-nous faire ces élections? Le jeune président a consulté, les politiciens ont-ils été sincères et honnêtes avec le peuple? Joseph Kabila Kabange n’à jamais cessé de consulter et d’inviter, que cherchent le politique et la communauté internationale? Ne crucifions pas le peu de progrès que les jeunes réalisent aujourd’hui. Comme leurs prouesses au sport dans les concertations internationales, ce qui ne s’était plus produit depuis très longtemps, des vérités qui ne peuvent être niées que par des personnes cruelles et de mauvaise foi.

Qu’avions-nous fait avant d’arriver au chao?
La question des élections divise le peuple congolais et dans tout cela la jeunesse qui constituera peut-être le tiers de l’électorat congolais est sans informations pratiques sur son pays, et de sa gouvernance depuis son indépendance. Il ne suffit pas de faire des slogans de conscientisation et croire que la jeunesse est bien préparée. Il est plutôt nécessaire, voire impératif que cette jeunesse ait connaissance du panorama de la gouvernance et des étapes de son cheminement socio-économique. Le mieux serait de le faire décennie par décennie. Qui était là et qui est encore là aujourd’hui. Ces prestations, ces engagements. ce panorama offrira à la jeunesse des éléments d’appréciation des causes de la crise et ainsi penser aux moyens à prendre pour enfin bâtir un Congo qui ne donne plus de prétexte aux enfants de ce beau pays de s’exiler. La façon aussi de voir qui des politiciens sont des girouettes et des pyromanes. Ce panorama devrait partir du 30 juin 1960 au 30 juin 2015. Il ne s’agit pas d’une chasse à la sorcière mais plutôt d’une évaluation objective des causes profondes qui ont fait que notre pays si riche n’offre que misère et désespoir à sa jeunesse. L’histoire du Congo ne se résume pas aux colons, elle est aussi celle que nous avons forgée nous même depuis l’indépendance. Au delà des livres du civisme citoyen, le gouvernement devrait en tout état de cause rendre ce panorama disponible pour la jeunesse congolaise. Nous sommes la génération charnière à la jeunesse et nous sommes au service de la patrie, pour un Congo prospère pour tous. Nous avons joué notre partition c’est au gouvernement de continuer à jouer la sienne en soutenant des initiatives innovatrices.
Quant à moi, je ne suis qu’un simple oiseau qui chante sans déterminer son auditoire, écoute et danse qui veux et qui peux.
Ntet Kabwit Mitond

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*