La CENI encore une fois dans l’impasse

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

L’un des objectifs majeurs assignés à la session extraordinaire du Parlement était l’adoption de la loi sur la répartition des sièges. Eh bien, il n’a pas été atteint. Et pour cause, le texte sous examen n’a pas été adopté par le Sénat en seconde lecture pour défaut de quorum de vote. Sur les 108 membres qui composent la chambre basse, 62 membres ont pris part à ce vote, 48 ont voté oui. Un a voté non et treize se sont abstenus. Et pourtant, le même texte a été adopté le 25 juillet 2015 par l’Assemblée nationale. Il faudra alors attendre la session ordinaire de Septembre pour espérer voir le projet de loi enfin adopté.
La victime de ce rejet n’est autre que la CENI (Commission électorale nationale indépendante) que dirige l’Abbé Apollinaire Muholongu Malumalu. Cette institution d’appui à la démocratie en proie déjà à de multiples et diverses critiques émanant principalement de l’Opposition et de la Société civile est une fois de plus contrainte à faire face à une difficulté. Fort heureusement pour elle, que cette fois-ci, la difficulté est exogène. Elle n’aura donc pas à se plaindre. La non- adoption de cette loi constitue un impact négatif sur le calendrier global et inclusif publié par la CENI. Du coup, la CENI accuse encore une fois un retard. Elle ne peut donc pas lancer l’appel à candidatures dont la date avait déjà été dépassée
Déjà, elle se débat pour organiser le 31 aout 2015 les élections de 15 nouveaux gouverneurs des provinces issues du nouveau découpage.
Que faire pauvre CENI, elle ne peut qu’attendre l’adoption et la promulgation de la dite loi.
Jean-Marie Mawete

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*