La Mutuelle de santé des enseignants dote ses membres de cartes biométriques

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

La Mutuelle de santé des enseignants de l’EPSP (MESP) dote ses membres de cartes biométriques pour mettre définitivement terme au trafic des cartes donnant accès à la prise en charge médicale. Cette structure a lancé, mardi 5 mai, l’opération de remise de ces cartes aux enseignants dans la cité de Kinkole, dans la banlieue Est de Kinshasa.
Le président du comité d’administration de la MESP, Guy Mafuta, entend par cette opération non seulement mettre hors d’état de nuire les brebis galeuses, mais également chercher à pérenniser la prise en charge médicale des enseignants et de leurs dépendants.
Guy Mafuta soutient que l’ancienne carte, non biométrique, n’était pas sécurisée:
« La fraude, elle a été constatée parce que la première carte est facilement falsifiable. Avec la seconde, on a même la possibilité de vérifier avec l’empreinte digitale. Ce qui fait que n’aura droit au soin de santé que l’enseignant identifié par la MESP.»
Désormais, les enseignants et leurs dépendants, membres de la MESP, doivent être munis de carte biométrique pour bénéficier de la prise en charge médicale.
« Il y a quelques enseignants véreux qui préfèrent céder leurs cartes à d’autres qui ne sont pas enseignant et qui se présentent pour des examens médicaux et en retour ils reçoivent un petit rien… », a indiqué Hubert Museng Embam, membre du Syndicat national des enseignants des écoles catholiques (Synecat).
De son côté, Patrick Asama, chef de service à l’EPSP, cette carte biométrique est spécifique.

« Le cryptage utilisé sur cette carte, c’est un cryptage propre à la MESP qui ne permet pas à une autre structure de fabriquer la même carte», assure-t-il.
La MESP gère environ 49 000 familles à Kinshasa.
RO

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*