L’amitié est la clef du bonheur et de la santé

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Une gigantesque étude le prouve: ni la richesse ni la gloire ne valent un bon copain. Vous êtes riche? Vous êtes célèbre? Ça ne vous empêchera pas d’avoir une santé pourrie, alors même que vos anciens copains de classe qui ont anonymement pointé à l’usine ou gratté du papier pour pas cher toute leur vie affichent une santé insolente à l’heure où sonne la retraite. Parce que eux, on les aime pour de vrai. Telle est la conclusion que l’on peut tirer d’une étude dirigée par le professeur Robert Waldinger et rapportée par le Washington Post.
Robert Waldinger, psychiatre à Harvard, a repris en 2003 la direction de la Grant Study. Cela fait plus de soixante-dix ans que le gouvernement américain dépense des millions pour ce programme dont les résultats n’étaient pas connus du grand public. Waldinger a décidé d’en parler lors d’une conférence Ted visionnée par plus de 6,5 millions de personnes depuis novembre 2015.
Cette étude, la plus longue jamais réalisée sur le développement humain, a débuté en 1938. Cette année-là, les chercheurs ont sélectionné des étudiants de Harvard (dont le futur président Kennedy) pour examiner sur le long terme chaque aspect de leur vie. Dans les années 1970, l’équipe de chercheurs s’est mise à collaborer avec une autre équipe qui menait depuis les années 1940 le même genre d’étude sur de jeunes hommes de quartiers pauvres de Boston. Tous étaient des hommes, tous étaient blancs, mais leur statut social était très différent.
L’étude comptait au départ 724 participants. Il en reste une soixantaine, tous âgés de plus de 90 ans. Depuis plus de soixante-dix ans, le bien-être physique et émotionnel de ces hommes est évalué tous les deux ans. Waldinger rapporte avec humour que les participants issus des quartiers défavorisés de Boston demandent régulièrement pourquoi les chercheurs s’intéressent à leur vie, qu’ils estiment n’avoir aucun intérêt… alors que les anciens de Harvard ne posent jamais cette question!
Si l’étude à l’échelle d’une vie humaine a permis de tirer bon nombre de conclusions, il apparaît que l’une d’entre elles se distingue de toutes les autres: les participants des groupes les plus heureux et en meilleure santé sont ceux qui ont entretenu au fil de leur vie des relations proches et intimes avec d’autres personnes, que ce soient des relations amicales, amoureuses ou au sein de leur communauté.
Waldinger était parvenu à cette conclusion depuis longtemps lorsqu’il est devenu le quatrième directeur de cette étude en 2003. Sa première démarche a alors été de convoquer les épouses des participants encore en vie et d’étudier l’impact de leur vie de couple sur leur santé à elles. Conclusion: les plus heureuses en ménage étaient… plus heureuses de façon générale et surtout, en meilleure santé que les autres.
Dans sa conférence Ted, Waldinger souligne que les projections des médias sur ce qui fait le bonheur –l’argent et la gloire– ne sont pas les ingrédients ni de la santé, ni du bonheur. C’est pourtant ce qu’avaient répondu les jeunes des années 1940, lorsqu’on leur avait demandé ce qui ferait d’eux des gens heureux. Et les jeunes des années 2000 ont répondu exactement la même chose. Il semblerait que ces anciens jeunes et ces futurs vieux fassent tous fausse route.
Mais attention! Toutes les relations ne fonctionnent pas. Les amis Facebook ne comptent pas, par exemple. Et il ne suffit pas non plus d’avoir un partenaire: il faut aussi être heureux à deux (si vous faites la gueule à votre femme depuis vingt ans, c’est donc mauvais pour sa santé) et si vous avez de vrais amis, il faut pouvoir compter dessus (celui qui ne vous a pas rendu votre perceuse depuis 1987 aura-t-il votre cancer sur la conscience?). La qualité prime sur la quantité.
L’étude démontre aussi que les relations humaines de qualité n’affectent pas seulement la santé physique mais sont également bonnes pour la mémoire à mesure que le cerveau vieillit, et que les personnes qui ont eu dans la vie un lien affectif solide, une personne sur qui elles peuvent compter, sans que ce soit forcément une relation Bisounours où tout est rose tous les jours, vieillissent mieux que les autres.
On s’en doutait un peu depuis les années 1930, la science vient de le confirmer: finalement, pour être heureux et en bonne santé, la richesse et la gloire ne valent pas un bon copain.
Bérengère Viennot, Science & santé

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*