L’artiste congolais Kiripi Katembo Siku n’est plus

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le photographe et vidéaste Kiripi Katembo Siku est décédé à Kinshasa. Agé de 36 ans, l’artiste de renom était reconnu plus sur la scène européenne. ‘‘Je suis un écrivain qui écrit avec une caméra. Je suis un peintre qui peint avec une caméra’’, aimait dire Kiripi Tatembo Siku. ‘‘J’essaie de raconter des histoires par l’image.’’ La mort de l’artiste survient alors même qu’il participait à l’une des plus grandes expositions du moment, ‘‘Beauté Congo’’ organisée par la Fondation Cartier dans la capitale française où l’on peut voir ses instantanés de vie quotidienne à Kinshasa pris dans des flaques d’eau, portrait à l’envers des villes.
Le thème de la mutation urbaine lui était cher. Kinshasa, mais aussi Brazzaville ou la ville d’Ostende en Belgique n’échappaient pas à son objectif. Perspectives plongeantes, bribes de terre, de ciel, de maisons, de personnages. En 2013, il avait signé l’affiche du festival d’Avignon, le plus grand festival de théâtre en Europe : une photo en noir et blanc d’un jeune enfant kinois rentrant de faire des petits achats en marchant dans les flaques.
Kiripi Katembo Siku avait étudié la peinture à l’école des beaux arts de Kinshasa avant de s’orienter vers la vidéo et la photographie. Il avait réalisé plusieurs courts métrages et obtenu plusieurs prix, notamment au festival du court métrage d’Abidjan et au Nigeria. Ses photographies, déjà exposées en Afrique, en Europe, à New York, sont à voir à la Fondation Cartier à Paris jusqu’au 15 novembre 2015.
Kiripi Katembo Siku est né le 20 Juin 1979 à Goma, chef lieu de la province du Nord-Kivu. Ancien étudiant de l’Institut des Beaux-Arts à Kinshasa, Kiripi était à la fois producteur, photographe et peintre. Dans sa carrière artistique, ce professionnel des images a exposé ses œuvres photographiques et peintures en solo et en groupe dans la capitale congolaise.
De son vivant, il a réalisé deux de quatre courts métrages qui composent le film ‘‘Congo en quatre actes’’. Il a aussi exposé ses photos à la Fondation Cartier dans le cadre de l’exposition ‘‘Beauté Congo’’, commissionnée par André Magnin. Au cours de cette activité culturelle, l’artiste talentueux l’a enrichi avec un portrait montrant quelques réalités de la ville de Kinshasa. Son parcours artistique commence d’abord avec la peinture, puis vers 2008 la photo avant d’exceller dans la vidéo.
Dans son nouvelle orientation artistique, il exploite presque les mêmes thèmes que dans la peinture. Il produit ainsi au profit des amoureux de l’art cinématographique des clichés de Kinshasa. Avec ses œuvres, l’artiste est présent à l’exposition ‘‘Beauté Congo à la Fondation Cartier’’. A ce grand événement culturel, il fait la promotion des œuvres de sa première série réalisée en 2011 sous le titre ‘‘Un regard’’. Dans cette première aventure, l’originaire du Nord-Kivu a dans sa gibecière une trentaine de photos.
Grâce à ses œuvres exposées également en 2011 pendant les ‘‘Rencontres photographiques africaines’’ de Bamako, il s’ouvre au plus grand monde et va remporter un prix de la Fondation Blachère en France.
Munor Kabondo

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*