L’ASADHO pense que la peine de mort n’est pas dissuasive contre le crime

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

‘‘La peine de mort ne contient pas d’effets dissuasifs pour mettre définitivement fin contre le crime. Et, la RDC ne mérite pas de compter la peine de mort dans son arsenal juridique devant décourager les actes infractionnels perpétrés par les criminels’’. Tels sont les propos tenus par Jean-Claude Katende, Président de l’Association Africaine des Droits de l’Homme (ASADHO), au cours d’un atelier centré sur l’appropriation de la campagne pour l’abolition de la peine de mort en RDC, organisé jeudi 26 novembre à l’Hôtel Sultani, dans la commune de la Gombe. Jean-Claude Katende a par la même occasion, souligné que, non seulement les faits vécus et observés dans plusieurs pays ne prouvent pas l’efficacité de la peine de mort, mais aussi et surtout, les instruments juridiques que la RDC a ratifiés, lui permettent d’abolir cette peine pour la remplacer par des peines de substitution comme la peine à perpétuité.
A en croire le Président de l’ASADHO, cette activité est la concrétisation d’une recommandation faite au cours d’une autre rencontre tenue au même endroit au début de ce mois. Cette recommandation indiquait parmi les pistes devant amener à aboutir à la peine de mort en RDC, la sensibilisation de ceux qui élaborent les lois, en l’occurrence les Députés et les Sénateurs, qui étaient invités à prendre part également à cette activité étant donné qu’ils sont des représentants du peuple. Ces derniers devaient s’imprégner du programme mis en place par l’ASADHO, question d’aboutir à un débat citoyen. Katende s’est dit convaincu de la pertinence de la Constitution qui déclare que la vie humaine est sacrée. ‘‘Le moratoire sur la peine de mort décrété il y a une dizaine d’années dans notre pays demeure un pas de géant dans la bonne direction dans notre pays. Cependant, il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin car, l’épée de Damoclès reste toujours suspendue au dessus de toute personne.
Il convient de noter que cet atelier a été organisé avec l’appui des Pays-Bas. Pétronelle Van Wale, Secrétaire de l’Ambassade du Pays-Bas en RDC en charge des Affaires politiques et Droits Humains, a pour sa part, souligné que la problématique du jour étant délicat et reste en même temps controversé dans le monde. Elle a révélé que c’est depuis 1952 que le Pays-Bas a déjà aboli la peine de mort, cheval de bataille de l’ASADHO. Pétronelle Van Wale a manifesté sa satisfaction en rapport avec une enquête menée par l’ASADHO au mois d’octobre dernier à Kinshasa. Une enquête qui a révélé que 51,6% des personnes interrogées à propos de l’abolition de la peine de mort, était contre. En rapport avec cet objectif, les Pays-Bas s’assignent pour venir en appui à cette campagne de l’abolition de la peine mort en RDC. La Secrétaire de l’Ambassade du Pays-Bas a martelé que son pays souhaitait vivement voir que cette campagne puisse accoucher des résolutions qui permettront à la RDC d’abolir définitivement la peine de mort à l’instar de son pays et bien d’autres.
Saisissant la balle au bond, Pétronelle Van Wale, a invité les autorités du pays à formaliser la peine de prison à perpétuité en remplacement de celui de la mort. Elle a invité l’assistance à donner à chacun le devoir de faire le sujet d’un plaidoyer.
N.K.K

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*