Le Camp Kokolo pris d’assaut par les civils

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le camp militaire Colonel Kokolo n’abrite pas seulement les militaires. Depuis un certains temps, il abrite également les civils. C’est le constat que notre rédaction a fait. En témoigne la présence de nombreux civils sur ce site réservé aux militaires. Ces civils, qui se considèrent on ne sait pourquoi comme des ayants droits, se comportent en propriétaire comme en territoire déjà conquis, revendent à leur tour des lopins de terre à USD 300 à toute personne intéressée. Cette dernière à son tour peut cloisonner par des triplex son squat et le mettre en location à d’autres personnes en manque de logement. Cette fois-ci encore l’offre n’est pas conditionnée, où les courtiers et les clients se précipitent sur les lieux pour s’offrir une habitation. Ici le coût d’un studio s’élève à USD 20. Souvent, ce studio mesurant parfois 5 m2 est squatté par une dizaine d’autres personnes, rarement visible la journée. A en croire certaines indiscrétions, la plupart de ces personnes qui ont élus domicile sur ce site, serait de morale douteuse. Outre cela, la plupart des familles civiles qui ont pris d’assaut la caserne, se livrent à certaines pratiques déshonorantes. Se croyant à l’abri de toutes représailles, certains d’entre eux vendraient du chanvre au grand jour. Le plus vieux métier se porte également bien ici, sans distinction d’âge, c’est ce qui explique la débaptisassions d’un des blocs en ‘‘ Pakadjuma’’, du nom d’une favela de la commune de Limete où le sexe se vent bien. Et aussi certaines langues indiquent que des malfrats s’y sont également installés et opéreraient de connivence avec des hommes en uniforme. ‘‘Souvent présents aux arrêts des bus et autres parkings, ces gens, membres ou non des familles des militaires, rançonnent de paisibles passants’’, a témoigné un automobiliste aux croisements des avenues Nyangwe et Libération. Il sied de signaler que le camp militaire fait partie du domaine public stratégique de l’Etat. Affaire à suivre.
Antha Luango

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*