Le CPPS clôture sa campagne contre les violences sexuelles faites aux sourdes à Kingasani

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Biso mpe to boyi , c’est avec ce cris d’alarme que les comédiens sourds et entendants de la troupe théâtrale Mabin’a maboko ont interpellé les Kinois face aux violences sexuelles dont sont victimes les femmes et les filles sourdes de Kinshasa. Engagés depuis près d’un mois dans une campagne de sensibilisation contre les violences faites aux sourdes, les artistes de Mabin’a Maboko ont clôturé cette opération de sensibilisation samedi 21 mars à Kingasani, dans la partie Est de Kinshasa. Ici, la campagne s’est clôturé par la présentation de la pièce qui porte le même nom, ‘‘Biso mpe to Boyi’’. C’était dans les installations de l’Assemblée Pentecôtiste Ministère d’Adoration (APMA). Quelques minutes avant le lancement de la cérémonie de clôture, la troupe théâtrale et certains fidèles de l’église pentecôtiste se sont déployés dans le quartier environnant allant porte à porte pour inviter les habitants de ce coin à venir assister à la campagne.

Comme pour assister à un culte, les spectateurs envahissaient progressivement l’église. Parmi eux, on pouvait constater plus des mères des familles curieuses de voir à quoi va ressembler cette campagne organisée par Mabin’a Maboko dans leur quartier. Sur le podium, une pièce conçue minutieusement par le directeur artistique Doudou Nzio qui traduit en moins d’une heure les différentes formes des violences que subissent les femmes et filles mal entendant dans la société congolaise.
Trois tableaux pour transmettre le message

Untitled1Pour annoncer le premier tableau de spectacle, le comédien Rabbi supplie son épouse Jaél de lui accorder un moment de jouissance charnelle en plein début de journée. Sa femme qui devrait se rendre au service, essaie de faire comprendre à son mari que cela était impossible. Parce qu’elle devait aller au service. Avec des mots précis, elle fait voir à son amour qu’il avait tout le temps pour cela. Déterminé à aller avec elle en cette matinée, Rabbi va lui laisser la liberté de choisir entre lui et son travail. ‘‘C’est ce travail qui nous aide à répondre à nos besoins’’, lui fait voir sa femme en claquant la porte derrière elle en laissant son mari seul et sa bonne qui était mal entendant.

Seul en face de la bonne qui ne sait pas parler, le mari de Jael va user de la force pour abuser de sa domestique, qui selon Rabbi pouvait facilement être sa femme pour satisfaire ses besoins charnelles. Malheureusement pour lui, son épouse va le surprendre en plein acte de violence sexuelle. Sur décision de Jaél, la bonne sera renvoyée de cette famille avant qu’elle-même décide de rompre avec Rabbi plus tard. Face à cette situation, la domestique qui n’avait que cette famille pour subvenir à ses besoins, décide de se débrouiller en vendant des pagnes au niveau du beach Ngobila. Malheureusement pour elle, elle va tomber entre les mains des malfrats qui, une fois de plus, vont la violer à tour de rôle. ‘‘Ils sont formidables ces comédiens sourds des Mabin’a Maboko. Je pense qu’ils méritent du soutien parce qu’ils ont prouvé qu’ils sont capables de mieux éduquer la société’’, a expliqué Jeanine Mambweni accroché sur sa chaise pour suivre le spectacle.

Le deuxième tableau des violences sexuelles faites aux sourdes de Kinshasa présente une orpheline mal entendant qui se laisse entre les mains d’un vieux de son quartier qui venait à son secours chaque fois qu’elle était dans le besoin. Âgé d’une trentaine d’années, le vieux l’assistait pour ses besoins alimentaires, corporels et même intimes. Un jour arriva où le vieux exigea à la sourde de coucher avec elle pour l’assister une fois de plus dans ses besoins.Untitled2

Le troisième tableau relate l’histoire des violences sexuelles dans les milieux scolaires. L’enseignant Doudou Nzio oublie ses principes pédagogiques et se lance dans l’injustice en donnant des exercices faciles aux garçons et difficiles aux filles de sa classe pour leur exiger de sortir avec elles. Pour clore ce spectacle, la troupe Mabin’a Maboko a présenté au public les réalités vécues dans les différents beachs où les femmes sourdes sont aussi victimes des violences de la part des services de l’ordre qui, en principe , devraient s’engager dans la lutte contre ce fléau. Lancée depuis le 17 février, cette campagne a été financée par l’ambassade du Canada.

Muyar

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*