Le G7 annonce la poursuite de leur combat au sein du Parlement

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Les membres du G7, partis ayant demandé au chef de l’Etat de respecter l’alternance démocratique en 2016, se mettent à l’ordre de bataille. Dans un point qu’ils ont tenu, lundi 21 septembre, ils s’engagent à poursuivre leur combat au sein de l’hémicycle pour faire respecter la constitution de la République qui consacre la présidentielle en novembre 2016. ‘‘Nous sommes les 80 députés du G 7 qui a signé la lettre pour rappeler à la Majorité le respect de la constitution. Nous avons fait notre première réunion, où nous avons défini ce que nous allons faire comme action parlementaire pour faire respecter les engagements que nos partis politiques ont pris pour le respect de la constitution’’, a indiqué l’un des membres du G7, Muhindo Nzangi. Ce député a souligné que leur plate-forme compte plus de 80 députés et alliés. Le combat du G7 risque de faire basculer la majorité à l’Assemblée nationale au profit de l’opposition. Avec ce climat, la session de septembre s’annonce agitée au Parlement. Et si les Kabilistes perdaient la majorité ? Le chef de l’Etat sera obligé de dissoudre le Parlement pour organiser de nouvelles législatives. Le groupe de frondeurs des sept partis politiques de la Majorité présidentielle (MP) surnommé « G7 » se groupent, depuis le week-end dernier, au sein d’une plate-forme politique dont le fonctionnement sera établi et rendu public prochainement. L’un des membres de ce groupe, Charles Mwando Simba, l’a annoncé jeudi 17 septembre, lors d’un point de presse organisé à Kinshasa. Charles Mwando a précisé que G7 est déterminé à continuer à défendre les valeurs fondamentales, notamment le respect de la constitution.
À son tour Olivier Kamitatu a plutôt appelé les membres de leurs différents partis de tirer les conséquences de cette prise de position. « Ils doivent le faire en âme et conscience», a insisté Kamitatu. Le G7 a adressé lundi dernier une lettre au président Kabila pour demander « le respect absolu » de la constitution. Le regroupement de ses partis politiques a également dénoncé des «manœuvres inavouées » pour ne pas respecter la constitution, imputant à la Majorité une « stratégie suicidaire ».
Après leur déclaration, le bureau politique avait dit constater « l’auto-exclusion » de ces partis de la MP et qu’ils devraient en tirer les conséquences.
Charles Mwando Nsimba, président de l’Union nationale des démocrates fédéralistes (Unadef), l’un des signataires de la lettre ouverte demandant au président Kabila le respect de la constitution pour l’organisation des elections, a déposé jeudi sa démission au poste de 1er vice-président de l’Assemblée nationale, a-t-il dit à un journaliste de Radio Okapi au palais du peuple, siège du Parlement, sans donner plus de détails.
La guerre entre G7 et majorité présidentielle s’annonce longue et populaire.
Ibakucha Mayanda

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*