Le rap français prend l’accent congolais

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Il cumule tous les superlatifs. Maître Gims est devenu en moins de deux ans l’un des artistes les plus importants de la scène musicale française. Le chanteur de 29 ans, né à Kinshasa en République Démocratique du Congo, est en tête de tous les classements de vente des disques depuis la sortie, en août de son dernier album ‘‘Mon cœur avait raison’’. Son premier album ‘‘Subliminal’’ sorti en 2013, a été vendu à plus d’un million d’exemplaires.
Avec Niska, également d’origine congolaise et autre phénomène récent de la scène rap, Maître Gims a pris d’assaut Planet Rap, l’émission de Fred Musa sur Skyrock, la première radio urbaine en France. Cela est symptomatique de la nouvelle direction empruntée par le rap français puisé dans le patrimoine culturel africain.

La chanson ‘‘Sapés Comme Jamais’’, extraite de l’album ‘‘Mon cœur avait raison’’ de Maître Gims, reprend de manière décomplexée les thèmes de la musique congolaise : la sapologie, l’extravagance et l’ambiance survoltée de la RDC.

Entrecouper ses textes d’un refrain en lingala (la langue la plus parlée au Congo-Kinshasa), entremêler des riffs de guitare rumba sur des beat urbains ou raconter son quotidien avec le regard d’un jeune immigré congolais en France est devenu l’apanage de cette nouvelle génération de rappeurs en ‘‘conversation permanente’’ avec leur pays d’origine. Le phénomène ‘‘Ngulu’’ y a largement contribué.
Au début des années 2000, certaines stars de la musique congolaise commencent à se livrer à un trafic juteux de visas. Ils font venir en Europe de jeunes gens issus des ‘‘quartiers populaires de Kinshasa’’ en les faisant passer pour des musiciens ou des danseurs. Cela a laissé des traces sur les jeunes de la diaspora congolaise à Paris.
‘‘Au lieu que ces jeunes de Kinshasa s’intègrent, ce sont les jeunes d’ici qui se sont intégrés à eux. J’ai grandi dans ce milieu-là, au milieu des répétitions des spectacles de Papa Wemba’’, se souvient Tito Prince, auteur et producteur de ‘‘Toti Nation’’, son opus sorti le 14 août et depuis numéro deux des ventes avec habileté et n’hésite pas à raconter le parcours du ‘‘jeune noir né en France’’. Tito Prince est le fils JP Tshiamala, le producteur de Koffi Olomidé et de Viva la Musica, entre autres.
Une empreinte plus personnelle
La ‘‘congolisation’’ du rap français ne se résume pas à scander des mots tels que shégué (enfants des rues) ou ndeko (frère), niama (animal), mais à une volonté de laisser une empreinte plus personnelle, plus subtile. ‘‘Quand certains rappeurs chantent, on dirait du lingala français’’, estime Tito Prince, comme pour rappeler une proximité ‘‘naturelle’’ entre la culture française et les cultures africaines. ‘‘Les rappeurs américains font référence à l’Afrique sur un mode plus fantasmagorique, sur l’appel à l’unité de tous les pays africains, le panafricanisme. Une Afrique qui fait encore référence à l’esclavage. Sur le mode de celui qui n’a jamais été là-bas. Les rappeurs français, eux, ils connaissent l’Afrique’’, analyse le sociologue Anthony Pecqueux, auteur de l’essai Voix du rap (L’Harmattan, 2007).
‘‘Bisso na Bisso’’, le collectif rap de français dont les membres sont originaires de la République du Congo, avait amorcé ce processus de ‘‘congolisation’’ à partir de 1999. Une décennie et demi plus tard, les succès populaires de Gradur, Niska, Tito Prince, Maître Gims ou Youssoupha ne sont pas les révélateurs d’un ‘‘communautarisme au sein du rap français’’. Ils sont plutôt la preuve que ce genre continue d’évoluer et qu’il est capable de toucher un public plus large.
Winnie Kabuiku/LM

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*