Les adieux de Moïse Katumbi aux Katangais

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe, fait déjà ses valises. Il a clairement fait ses adieux au Katangais, le week-end dernier, au cours d’une cérémonie organisée à l’occasion de la Journée internationale des femmes à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Katanga.

Le gouverneur le plus populaire de la RDC a indiqué qu’il attendait juste la nomination des futurs animateurs des quatre provinces (Haut-Katanga, Haut-Lomami, Lomami, Lwalaba et Tanganyika) qui proviendront du Katanga découpé. Cette nouvelle a créé une forte émotion au sein de la population du Katanga, où Katumbi est considéré comme un des leaders incontestés.
Des sources dignes de foi renseignent que la loi sur le découpage territorial a été rapidement publiée pour casser l’élan hégémonique de certaines provinces dont le Katanga qui marchent à contre-courant.
On a vu les trois ‘‘dieux’’ du Katanga, Moïse Katumbi, Gabriel Kyungu et Jean-Claude Muyambo, s’opposer à la ligne politique de la Majorité présidentielle, notamment sur la révision constitutionnelle et la loi électorale.
Fin décembre dernier, Katumbi a utilisé sa métaphore footballistique pour demander in fine si les Katangais allaient accepter un troisième faux penalty. La foule avait répondu par un  ‘‘non’’ catégorique. Selon certaines sources concordantes, le gouverneur du Katanga mitonnait la course à la présidentielle de novembre 2016.
Katumbi bénéficie du soutien de Gabriel Kyungu qui, en janvier dernier, avait initié une pétition contre le découpage territorial. ‘‘Le Katanga continue à dire non au découpage territorial et, à cet effet, l’Union nationale des fédéralistes du Congo a déjà initié une pétition pour contrer la mise en application de ce projet’’, avait-il déclaré. Il a fait cette déclaration trois jours après l’adoption à l’Assemblée nationale de la loi fixant les limites de nouvelles provinces.

Gabriel Kyungu jouit aussi d’une grande notoriété au sein de la population katangaise. Avec Jean-Claude MuyamboKyassa en prison à Kinshasa, ils sont également considérés, à côté de Moise Katumbi Chapwe, comme de grands leaders katangais. Et pour une frange non moins importante des Katangais, la solution de la gestion du Katanga n’est pas l’éclatement de cette province, mais plutôt la rétrocession effective des recettes. Sur cette liste, Jean-Claude Muyambo, de son côté, est écroué depuis janvier dernier à la prison centrale de Makala. Avant son arrestation, il a traversé la rue et a contesté le régime de Kinshasa. Le président de la Scode a notamment plaidé pour l’alternance en 2016.

Selon l’Association congolaise pour l’accès à la justice, le président du parti de l’Opposition politique Scode est accusé d’abus de confiance et de ‘‘stellionat’’, manœuvre frauduleuse consistant à vendre un bien dont on sait ne pas être propriétaire, dans un dossier judiciaire de son client par le parquet de Lubumbashi. Au cours d’une conférence de presse tenue à Kinshasa, des ONG des droits de l’homme ont appelé à sa libération immédiate ainsi que celle d’autres personnes arrêtées durant les manifestations à Kinshasa.
Par ailleurs, les adieux de Katumbi sont commentés de diverses manières à Lubumbashi comme dans les autres parties du Katanga où les populations ne jurent que par son nom. L’annonce sur ce départ laisse les Katangais perplexes, selon certaines sources de la ville cuprifère.

A la porte de sortie, Katumbi a placé la barre tellement haute que les gouverneurs des prochaines provinces de cette partie du pays risquent d’avoir une tâche difficile pour maintenir la barque en équilibre.

Ibakucha Mayanda

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*