Les confessions religieuses bloquées sur le remplacement de Malu-Malu

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

La vacance à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) s’annonce longue. Les confessions religieuses, chargées de désigner le remplacement de l’abbé Apollinaire Malu-Malu, semblent être bloquées. Plusieurs noms sont cités dans la presse sans que ces serviteurs de Dieu ne s’accordent sur cet oiseau rare qui devra représenter cette candidature unique.
On cite entre autres, Kuthino Fernando, Léonard Santedi et Botolo pour remplacer l’abbé Apollinaire Malu-Malu à la présidence de la CENI qui a démissionné de son poste, le 10 octobre, pour raison de santé.
Le retard dans la désignation du président de cette institution risque de retarder encore le processus électoral congolais qui bat déjà de l’aile faute de financement.
Contactés par l’Objectif, certains serviteurs de Dieu estiment que le successeur de Malu-Malu doit être désigné avec parcimonie pour éviter que le processus sombre dans le chaos.
« On a demandé aux catholiques de désigner mais ils n’arrivent pas à sortir le nom depuis plusieurs jours. Nous continuons des négociations avec les princes de l’église pour les aider à converger leurs idées pour un choix judicieux », a commenté un activiste des Droits de l’Homme sous couvert d’anonymat.
A l’allure où vont les choses, la publication d’un nouveau calendrier électoral s’avère impérieuse pour sauver ce processus en perte de vitesse.
Les acteurs politiques s’inquiètent et s’impatientent. A Goma, une dizaine de partis d’Opposition ont écrit, en septembre dernier, à la Commission électorale pour lui demander de publier un nouveau calendrier d’ici la fin de la semaine.
Mais plus d’un mois plus tard, rien n’est fait. Pire, le premier scrutin, l’élection des députés provinciaux qui devait avoir lieu le 25 octobre 2015 a été reportée sine die.
Ces partis de l’Opposition s’inquiètent et menacent de mobiliser la population. De ce premier scrutin dépend ensuite l’élection des gouverneurs et des sénateurs désignés par les députés provinciaux. Deux scrutins attendus depuis 2011.
Mais du côté de la Commission électorale, on rappelle que la priorité dans l’immédiat est d’avoir un nouveau président à la tête de l’institution après sa démission depuis deux semaines.
L’institution électorale jette la balle du côté des acteurs politiques qui, selon elle, doivent dégager un consensus sur les scrutins à organiser en priorité.
En juillet dernier, le président du Mouvement pour le renouveau (MR), Clément Kanku avait également appelé au réaménagement du calendrier électoral global, publié en février par la CENI. Il avait estimé que ce calendrier électoral n’est plus d’actualité et demande un réaménagement profond.
‘‘Aujourd’hui, le Mouvement pour le renouveau tire la sonnette d’alarme parce que le calendrier qui a été prévu par la CENI a déjà glissé. Je donne des exemples simples. Il avait été prévu entre le 26 mai et le 28 juillet le dépôt des candidatures aux élections communales, ça n’a pas été fait. Maintenant qu’est qu’on dit de ces élections ? Quand on prévoit l’élection des gouverneurs pour le 6 octobre alors que nous savons qu’entre le 24 septembre et le 24 octobre il y a campagne des députés provinciaux», avait-il relevé.
Une chose est certaine que l’on s’achemine vers un blocage qui risque de plonger le pays dans l’impasse. Certains analystes politiques estiment qu’il est temps pour la tenue d’un dialogue pour discuter de cette situation et dégager des solutions appropriées en vue de sauver le processus électoral en cours.
Les jours avancent sans que la Majorité, l’Opposition et la Société civile s’accordent sur un plan de sortie de la crise qui guette déjà le pays.
Les uns soutiennent la tenue du dialogue, les autres boudent, craignant que ces assises consacrent le glissement du mandat du chef de l’Etat.
La CENI avait annoncé sans succès la publication d’un calendrier global réaménagé du cycle électoral allant des élections locales à la présidentielle. Jean-Pierre Kalamba avait aussi indiqué que le nouveau calendrier devrait prendre en compte des grandes options qui pourraient nécessiter un dialogue de la part de la classe politique.
Ibakucha Mayanda

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*