Les non-dits

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Comment et dans quelles conditions le referendum et la constitution ont été organisés?
Nous dirons avec couteau sur la gorge, dites oui sinon la guerre reprendra. Ne serait-ce pas cela l’origine des conflits et des confusions que nous vivons aujourd’hui? Le referendum et la constitution ont –elles été faits pour satisfaire les belligérants ou pour la bonne gouvernance et le bien du peuple ? Cette question reste légitime et nous croyons que nous ferions mieux de l’explorer.
Le découpage du pays est un refrain des puissances occidentales, notre propre découpage et décentralisation ne donnerait-il pas des munitions à ceux qui jurent pour le découpage ou le morcèlement du pays? Y avons-nous réfléchi?
Ce que nous disons et ce que nous faisons en sommes-nous confiants?
Il y a de ces écrits qui marquent à jamais l’imaginaire comme ce fameux livre de l’ancien ministre des affaires étrangères de Mobutu, Jean Ngunz Karl Ibond : ‘‘Mobutu ou l’incarnation du mal zaïrois’’.
Mobutu est déjà parti et le mal zaïrois est devenu le mal congolais. Qui l’incarne aujourd’hui? Est- ce Kabila? Nous disons que non. Le mal est ailleurs, peut être que nous sommes tous, ce mal congolais.
Il y a aussi des paroles qui nous poursuivent. Comme ce proverbe de l’honorable Vital Kamerhe : ‘‘On ne jette des pierres que sur un arbre qui porte les fruits’’. Et Kabila en reçoit de tout bord donc…

Et de notre petite histoire, qu’en retenons-nous?
Parlons d’abord de ceux qui ont fait et font encore les manchettes dans ce pays qui est le nôtre. Ceux qui nous ont déjà quittés ont été tous trahi d’une façon ou d’une autre par leurs pairs. Beatrice Kimpa Vita (brulée par trahison des pairs), Simon Kimbangu (les miens m’ont trahi et….Mes frères un jour viendra..), Joseph Kasa-vubu (…et nos héros de l’ombre…), Émery Patrice Lumumba (l’histoire de l’Afrique sera écrite par les africains), Joseph-Désiré Mobutu (le Congo est restera un et indivisible), Laurent-Désiré Kabila (ne jamais trahir son pays).
Ils sont encore avec nous ces baobabs et toujours présents sur la scène politique. Nous les appelons des chefs du tango.
Le Cardinal Monsengwo a présidé la conférence nationale souveraine de triste mémoire. Le sénateur Kengo wa ndondo, plusieurs fois premier ministre, connu plus comme Monsieur la rigueur dont les politiques monétaires ont davantage creusé le fossé entre riches et pauvres. Le peuple dans son ensemble a vécu dans des misères indescriptibles. Le président de l’UDPS, Monsieur Etienne Tshisekedi, membre des gouvernements Mobutu, membre fondateur de l’UDPS, premier ministre de consensus choisi par ses pairs à la conférence nationale souveraine. Il en a fait à sa tête et toute la machine de démocratisation du pays s’était écroulée jusqu’à l’arrivée du premier gouvernement de consensus, le 1+4.

Pays otage, l’inconsistance de la vision

Nous faisons maintenant face à des politiciens qui veulent se faire enterrer avec le pays. Ils ont fait plus de quatre décennies en politique sans résultats palpables mais voudront toujours rester des joueurs majeurs et davantage, dans l’inconsistance de leur vision. Leur travail n’ayant guère porté fruit. La RD Congo peine toujours à se relever. Il y a pourtant une génération qui essaie de faire quelque chose de bien mais elle est soumise à des agressions intempestives de ceux-là même qui sont à la base du non départ du Congo. Non seulement ils sont à la base du non départ, mais surtout et plus encore, ils sont ceux-là qui ont contribué à créer le chaos de ce géant d’Afrique. Un pays jadis prospère. Dans l’entendement de membres de l’opposition, les élections de 2006 et celles de 2011 n’ont jamais été crédibles, les premières parce que l’UDPS de Tshisekedi, le seul homme crédible du Congo (nous faisons-nous entendre) n’y a pas participé. Les secondes car selon eux, c’est bel et bien Tshisekedi qui a gagné, et donc il est de facto le président élu. Avec quel pourcentage? Lui seul connait. De toutes les façons, il s’était déjà autoproclamé président et avait même dit qu’il n’était pas nécessaire de faire des élections car lui était déjà élu par le peuple. Quel peuple? Tous, dira-t-on, y compris certainement ses adversaires candidats aux présidentielles. Il l’avait dit pendant son séjour en Afrique du Sud. Ces paroles étaient-elles siennes ou une simple manipulation des personnes de mauvaises foi? Nous osons croire que cela serait le cas, sans quoi, on pourra se questionner si Monsieur avait toutes ses facultés en place au moment où il tenait ces propos. Que cela soit ou non, l’essentiel aujourd’hui c’est de nous dire la vérité sur l’état des lieux de notre parcours depuis 2001. Les sceptiques seront toujours là, les égoïstes et égocentriques aussi.

De faits qui parlent

Il y a cependant des faits qui ne trompent pas, la détermination de la jeunesse, celle conduite par le Jeune chef de l’État en la personne de Joseph Kabila. Nous ne devrions pas avoir honte ni avoir peur de le dire, le Congo est de nouveau sur les radars. Le plus critique des congolais, l’Ange François Soudan de Jeune Afrique n’a pas lésiné sur son admiration de ce que devient la République démocratique du Congo. Les choses vont mieux, a t-il dit.
Et à nous d’enchainer : Angelu François Soudan ayaki, a monaki, pe a keyi koyebisa mokili mobimba. Angelu François Soudan mukika mu ditunga dietu, mumona midimu mupingana ku kitunga diake.
Malgré tout cela, il y en a qui disent toujours que tout va mal en République démocratique du Congo. De sceptiques… Le peuple se rappellera certainement de cette déclaration incompréhensible de Kamerhe et je cite : ‘‘On ne jette des pierres que sur un arbre qui porte les fruits, remarquons aussi que lui-même et son parti ne font que cela avec le président Kabila; Conclusion, le président Kabila est donc cet arbre qui porte les fruits selon sa propre déclaration. C’est cela que nous appelons crise existentielle de l’intellectuel congolais qui ne tient pas compte des leçons de l’histoire ou peut être ignore seulement que la vie est une suite de l’histoire et l’homme s’améliore en tenant compte de son passé. Si au moins nous pouvions comprendre que le discours qui nous asservit est resté le même mais modelé au temps par ceux qui sont aux commandes pendant que nous avons gardé la répétition de ce que nous avons toujours été, ceux qui suivent et se plient au discours des tiers. Quelqu’un a prononcé cette phrase de des pierres jetées sur un arbre qui porte fruit et Monsieur Kamerhe sans seconde pensée l’a bombardé devant ses partisans. Cela s’appelle auto flagellation
Mais qu’est-ce que cet étranger (François Soudan) a pu voir et que nous nous ne voyons pas nous-mêmes ? En réalité, tout est visible et ceux qui ne voient pas ne sont pas aveugles. Ces sont des personnes qui vivent de haine, de jalousie, de mauvaise foi et voire de cruauté. La RD Congo a des réalisations remarquables qui devraient en principe nous rendre heureux et très fiers de notre pays. Des choses que nous n’avions pas vues depuis des décennies sont les nôtres aujourd’hui et redonnent l’espoir à la jeunesse qui est restée sans repères et sans référence. Au niveau des infrastructures, inutile d’en faire une liste, tout est visible. Prenons seulement le cas du Boulevard du 30 juin, de l’Aéroport de N’djili. Au niveau, rien ne de la visibilité et de la prestance en Afrique et dans le reste du monde, nous jouissons d’une grande reconnaissance. Notre pays reprend progressivement sa place dans le concert des nations et est presque présente dans toutes les organisations africaines et du monde avec grande considération et respect. Et que dire de nos femmes ingénieures produit authentique made in DR Congo avec une formation en DR Congo.

La touche Kasamba…

Et que dire de ce jeune homme qui revient chez lui et a déclaré : Je voudrais que la RD Congo change sa façon de faire les medias. Il présente son projet, se met au travail et aujourd’hui, notre pays n’a plus à se contenter des medias étrangers car Télé 50, cette incontournable chaine de télévision n’a rien à envier à des grandes chaines du monde. Son géniteur n’est pas un expatrié, c’est bien cet enfant du Congo, JMK comme l’appellent affectueusement ceux et celles qui le côtoyent au quotidien. Jean Marie Kasamba parce que c’est de toi qu’il s’agit, reste fier fils de ce pays et ajoute à ton chapeau de promoteur des cinq chantiers et de la révolution de la modernité, la révolution de la mentalité et de la pensée, un vrai trou qu’il faudra absolument boucher.
Reconnaitre les hommes et les femmes pour ce qu’ils font, c’est la noblesse d’être.
Il a dit : la valeur d’un homme, c’est l’harmonie entre le dire et le faire. Kasamba l’a dit et l’a fait, nos femmes ingénieures l’ont aussi fait et comme tant d’autres. La RD Congo est belle et bien sur orbite, je veux dire le radar avec sa jeunesse.
Ntet Kabwit Mutond

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*