Les rivières de Kinshasa polluées par diverses ordures

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Un grand nombre des rivières qui traversent la ville de Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo sont envahies par les bouteilles en plastique, sachets et autres ordures. A la surface des rivières Makelele, N’djili, Funa (Kalamu), Nsanga et autres drainent des centaines de bouteilles et autres ordures. Ces ordures sont plus remarquables surtout aux confluents d’autres ruisseaux. Sous le pont Bongolo jeté sur la rivière Funa, non loin de l’Université Kimbanguiste, un tas d’immondices s’est amoncelé. Sous forme d’une montagne, ces immondices empêchent le bon écoulement d’eau, au point de constituer une espèce de gué qui permet de traverser la rivière à pied sec.
Sur la rivière Bisthaku Tshaku qui canalise les eaux en provenance des communes de la Gombe, Barumbu et Kinshasa, la situation pareille. Les riverains de cette partie de la ville profitent de cette situation pour y verser à leur tour des déchets ménagers.
Pendant la pluie, ces ordures transportées par les eaux des rivières provoquent des inondations dans plusieurs quartiers riverains à l’origine de beaucoup de dégâts. Les quartiers Kimbangu, Paka Djuma, Mombele sont les plus touchés par cette situation. Les eaux qui ne trouvent pas d’issue à cause des immondices envahissent les habitations laissant la population dans la détresse.
Victimes de cette situation, les habitants accusent les pouvoirs publics et une certaine couche de la population d’être responsables. ‘‘La situation s’empire parce que les services de l’Etat en charge de l’hygiène publique ne fait pas bien son travail’’, a déploré un quinquagénaire du quartier Kimbangu.
Les sorts des victimes
Parmi les pollueurs des rivières à Kinshasa, on cite aussi quelques agents commis au service de la salubrité de la ville. Selon le superviseur en chef du service de l’environnement de Kalamu, il a été autorisé à ces agents de jeter des immondices dans les parties marécageuses se trouvant le long des rivières. Pour lui, ces ordures empêcheront l’eau de la rivière de sortir de son lit.
L’Etat face à ses responsabilités
‘‘Il revient à l’Etat congolais de mettre en place une politique efficace pour l’assainissement des lieux publics mais aussi, penser à la sensibilisation de la population riveraine’’, a déclaré le président du parti écologiste du Congo et ancien ministre de l’Environnement, Didace Pembe au cours d’une émission sur la Radio Okapi. Pour lui, c’est de cette manière que la RDC pourra épargner la population de la pollution environnementale.
Pour répondre à ses obligations et garantir à ses administrés un environnement sain, le Gouverneur de la ville de Kinshasa à signé l’arrêté N°SC/088/MINE ECG/BLD/PLS/2010 en 2010 portant mesure collectif d’assainissement de la ville de Kinshasa. De cette loi plusieurs sanctions étaient réservées aux récalcitrants. Malheureusement, rares sont les pollueurs des rivières qui ont été interpellés. ‘‘C’est un abandon des responsabilités parce qu’ils ne mettent pas en pratique ce que dit la loi’’, a regretté un habitant.
Au détriment de la loi
D’après Paul Lunko, avocat, la RDC doit s’investir pour mettre fin à l’impunité car c’est la seule façon d’aider les habitants à observer les normes sans les quelles le développement est compromis’’.
Pour sa part, l’autorité municipale de Kalamu a plusieurs fois appelé ses administrés à la vigilance. ‘‘Ces ordures polluent la rivière et rétrécissent le lit de la rivière jusqu’à provoquer des inondations. Se référant à l’arrêté de mai 2010. ‘‘Nous avons peur des nombreuses maladies qui découlent de ces mauvaises conditions environnementales’’, a déploré Jean Bosco Kazuala habitant du quartier Matonge.
Marc Kikela Mumba

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*