Les stations de transfert des immondices muées en lieux de négoce

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

L’insalubrité est devenue criante et prend des proportions inquiétantes dans la ville de Kinshasa. Cette situation est  consécutive à la fin du financement de l’Union Européenne. La conséquence, la plupart des stations de transfert des immondices se sont transformées en lieux de négoce notamment les débits des boissons, les briqueteries et autres.

C’est le cas des avenues Kabambare, de l’Ecole( quartier Mozindo) et Galacitamo au quartier  Kasaï  dans la commune de Barumbu. Les habitants de cette partie de la ville n’ont pas hésité à pointer un doigt accusateur aux autorités urbaines pour n’avoir pas pérennisé le projet de l’Union européenne. ‘’ Nous avons  ras-le-bol de vivre l’insalubrité atroce dans nos  quartiers’’ s’est indignée une habitante du quartier. ‘’ Ces décharges atteignaient des hauteurs extrêmement longues.  Il était devenu inhumain de vivre dans un milieu malsain ‘’ a indiqué un riverain.  ‘’Autant mieux transformer cet endroit en un espace d’activité qui peut générer des recettes, et l’entretenir quotidiennement, que plutôt le laisser en une simple décharge publique abandonnée en pleine ville avec une puanteur extrême au point de propager les maladies  et ternir  l’image de la ville ’’ a poursuivi ce même habitant. Les plaintes se sont généralisées.  Les  usagers de la route opérant sur  ce tronçon, déclarent que lors des pluies diluviennes, ces ordures  entassées en montagne  arrivaient à boucher  la chaussée au point de perturber la circulation routière. ‘’ Pendant les torrents, tout le monde avait les pieds dans les déchets’’ s’est  plaint un taximan.

Pour évacuer leurs déchets, les ménages creusent des fosses dans  leurs parcelles. D’autres, par contre jettent carrément des immondices en pleine rue.

De l’insalubrité pour se protéger des érosions

Ne dit-on pas que à quelque chose, malheur est bon. Les habitants des avenues Nduisi, Tuidi, et Biboanga, au quartier Makelele ne manquent pas d’ingéniosité. Ces derniers , entassent des immondices le long de la rivière Bassoko pour  protéger leurs  habitations des érosions.

Selon  des témoignages recueillis sur place, faute des stations de transfert, les riverains monnayent le dépôt des immondices. Tenez,  1000 FC  par pousse pousseur.  Les recettes quotidiennes atteignent 20000FC. La recette journalière atteint 20000FC. En outre, les déchets tels que les objets en plastique, des ketchs et autres appareils électroménagers usagés sont revendus à  des chinois.  Si dans bon nombres de quartiers ? la population ne cesse de multiplier d’efforts  et font des plaidoyers pour lutter contre l’insalubrité. Dans cette contrée,  par contre certaines personnes ont fait de l’insalubrité un gagne-pain.

AnthaLuango

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*