Lily Tshimpumpu : ‘‘Soyez un peu plus indulgents avec cette équipe’’

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Les Léopards dames U-20 seront reçues ce week-end par leurs homologues nigérianes, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde Papouasie Nouvelle Guinée 2016. En prévision de cette affiche, Lily Tshimpumpu Wabidia, présidente de la Commission nationale de football féminin (CNFF) a, au cours d’une entrevue, cogité sur les chances des Congolaises. Elle a aussi évoqué l’avenir du football féminin en RDC.

L’Objectif : Pour une fois, le public a répondu nombreux au match RDC-Nigeria de moins de 20 ans et cela se fait au cours de votre mandat. En qualité du numéro de la CNFF, quelles sont vos impressions ?
Lily Tshimpumpu : Cette chaleur que nous avons vécue au stade Tata Raphaël lors du match aller entre la RDC et le Nigeria, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde U-20, nous a démontré combien le Congolais a compris que le football congolais ne se conjugue plus au masculin, mais aussi féminin. Ceci démontre que l’équipe nationale reste l’équipe nationale, quel que soit le sexe. Ceci démontre aussi que le football reste un sport roi en RDC et qui draine le monde. Cette fois-ci, le public a répondu nombreux à l’appel lancé par la CNFF. Le secret, c’est juste la publicité diffusée à travers les médias à quelques jours du match, nous avons choisi la proximité pour pouvoir parler au public, on a imprimé des flyers, on a fait des banderoles. Et le public nous a écouté, il a répondu nombreux, dans le but de faire la même chose, venir appuyer leurs sœurs et filles, puisque vous savez que le Nigeria partait déjà favori. Le Nigeria est habitué à des compétitions de grandes envergures, l’apport du public était important pour venir soutenir nos U-20, malheureusement, la victoire avait choisi le camp nigérian.

Malgré la défaite, l’équipe a bien évolué face au Nigeria. Qu’est ce qui explique cela ?
On peut dire ça ainsi dans la mesure où depuis le début des éliminatoires, le Nigeria inflige des scores fleuves à ses adversaire. Toutes les rencontres livrées par le Nigeria, c’est pour la première fois que cette équipe réalise un score moins dramatique (2-1). Tous les scores que nous connaissons du Nigeria, c’est de 5-0, 7-0, voire même de 8-0. Pour nous c’était un bon score, le public a remarqué que ces jeunes filles se sont déchainées surtout en deuxième période au cours de laquelle les Nigérianes n’ont développé pas un grand jeu. C’est encourageant. C’est comme pour dire que ces enfants n’ont pas démérité. Que voulez-vous, dans le football, il y a toujours un gagnant et un perdant !

Après le faux pas de Kinshasa, que faut-il faire pour ramener la qualification ?
Dans le football tout est possible. Cela prend 90 minutes pour voir qui est gagnant et qui est perdant. Les filles vont au Nigeria avec l’idéal de remporter, elles sont déterminées. Ce que les Nigérians ont pu faire ici, nos filles sont en mesure de le faire aussi là-bas. Rien n’est impossible. Il est probable que les filles remportent la partie au Nigeria. Nous avons déjà mis la machine en marche. Cette fois-ci, nous avons même l’appui du DTN (Directeur technique national) pour apporter un plus de sorte que l’équipe soit suffisamment au point. Nous pensons qu’avec l’appui du DTN, la RDC fera la différence au Nigeria.

Vous êtes toujours très optimiste après la défaite au match aller ?
Il faut être bien optimiste dans un match de football. On ne peut aller dans un match avec l’option de perdre, ce n’est pas possible. Si non, on n’est pas dirigeant. On sait qu’on peut gagner ou perdre. Nous allons avec l’espoir de pouvoir remporter la partie. C’est une probabilité.

Comment entrevoyez l’avenir ?
Nous allons essayer de faire notre mieux. N’oubliez pas que c’est une équipe jeune, contrairement à l’équipe nigériane. Le Nigeria a plusieurs fois participé à la Coupe du monde, il est le vice-champion du monde. C’est pour vous dire que pour nous les Congolais, c’est depuis 2008 que nos filles ont pris part à cette compétition. Depuis lors, il n’y a rien eu. Nous sommes en train de réaliser un exploit, ramener le football féminin sur l’échiquier national et international. Les efforts que nous sommes en train de faire c’est avec une équipe jeune, mis sur pied à 3 semaines de la compétition. Ni de près ni de loin, cette équipe ne sera comparée à l’équipe nigériane. Mais si la RDC a réalisé ce score face au Nigeria, avec une équipe très jeune, c’est pour vous dire que si on mettait un peu plus de sérieux, un peu plus de moyens, ce que nous sommes en train de faire, nous pourrons un jour, nous estimer heureuses. Le football n’est pas un fait de hasard. Nous les Congolais, nous avons l’habitude de compter sur le hasard. On ne peut pas compter sur le hasard. Un match de football se prépare, les joueuses pour être compétitives, il faudra les préparer. Il y a certain nombre d’heures que les joueuses doivent consacrer au ballon. Il faudra mettre suffisamment des moyens pour que nos filles aient un programme annuel d’entraînement comme ça se fait ailleurs. Moi j’ai trouvé ça en Namibie, en Afrique du sud, on a fait la même chose. On doit doter des Léopards d’un programme-calendrier d’entraînement afin d’être prêtes pour affronter les compétitions. Ce qui n’est pas encore le cas chez-nous. On a eu une équipe jeune mise en place pendant 3 semaines pour disputer les éliminatoires. Ce n’est pas possible. C’est un miracle que nous sommes en train de nous en sortir. C’est vraiment l’amour de Dieu qui fait que nous sommes en train d’avancer comme on avance maintenant. Imaginez-vous si cette équipe était aussi aguerrie comme les autres, vous voyez ce que pouvait être le résultat. Soyez un peu plus indulgents avec cette équipe. Nous sommes en train de tout faire pour avoir la relève de demain. Nous espérons que les U-20 d’aujourd’hui, seront sûrement les séniors de demain. Nous devons commencer par la base (les écoles). Nous voulons commencer cette politique dans des écoles. Bientôt, nous allons parler aux responsables des écoles pour mettre sur pied des équipes d’âges. Ces équipes d’âges vont nous sortir la relève de demain. Nous aimerons aussi plaider la cause du football féminin, qui est contrairement différent du football masculin auprès du gouvernement pour que les clubs soient subventionnés. Ce sont ces clubs qui nous ressortent de bonnes joueuses. Si ces clubs n’ont pas suffisamment des moyens, vous imaginez la suite. Nous voulons plaider au gouvernement pour qu’il puisse subventionner tant soit peu les clubs du football féminin. On a besoin du soutien financier, le gouvernement doit mettre de l’eau dans son vin.

Avez-vous un message particulier ?
La seule grand-chose que je peux dire, c’est de dire grand merci à ce public venu soutenir les Léopards dames lors du match contre le Nigeria. Un grand merci, que les sportifs ne puissent pas se décourager, puisque dans un match tout peut arriver. On a vu de fortes équipes être battues. Qu’ils ne se découragent pas. On espère voir le même public lors des prochaines sorties des séniors, dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2016. Nous espérons que les séniors auront aussi l’appui de toute la population, pourquoi pas participer à la CAN et même faire partie des gagnants. Tout sera possible. Je dis un grand merci aux médias, lesquels nous ont toujours accompagnés et qui ne nous ont pas laissés quelles que soient les situations, ils étaient là. Lorsqu’on gagnait, ils étaient là. Maintenant qu’on a eu le choc, parce que c’était une première, il fallait découvrir ce que ça fait. Je dois dire merci de nous accompagner comme ils le font avec beaucoup d’amour, avec beaucoup de patience. Ils ont compris que nous sommes encore jeunes, nous sommes en train de nous effrayer un chemin dans le monde des grands, et nous espérons y arriver un jour. Le fait de nous accompagner quelles que soient les circonstances, c’est déjà beaucoup. Si nous sommes arrivés jusque-là, c’est grâce à ce genre des médias, qui ne sont pas là pour nous crucifier seulement, mais nous faire des éloges aussi quand il le faut. Nous espérons qu’ils ne vont pas nous laisser tomber jusqu’à la fin, parce que d’ici-là, nous aurons aussi des séniors devant entrer en danse. Nous avons toujours besoin de la presse pour nous accompagner.
Propos recueillis par Olivier Sefu

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*