Lutte contre les maladies rénales : La SOCONEPH et l’ACPAMAR voient le jour

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

La Société congolaise de Néphrologie (SOCONEPH) et l’Association congolaise des personnes avec maladies des reins (ACPAMAR) ont lancé officiellement leurs associations ce samedi 09 Décembre z017 au CEPAS, dans la salle Père Boka dans la commune de la Gombe au cours d’une conférence organisée pour la circonstance.

 

Et cela en présence du ministre de la Santé, Dr Oly Ilunga Kalenga. «Ensemble luttons contre les maladies rénales en RDC», est le thème choisi pour cette journée.

 

La SOCONEPH a pour mission d’assurer des soins de qualité aux personnes vivant avec les maladies des reins, de faire la recherche sur les maladies rénales  et de former le personnel soignant cette maladie tandis que l’ACPAMAR sensibilise la population sur les maladies des reins, encourage le dépistage précoce et volontaire, obtient l’implication de l’État …

 

Dans son discours, le ministre de la Santé, félicite les initiateurs pour cette idée géniale et salue le travail des plusieurs années des scientifiques qui ont formé énormément des médecins et personnel de santé. Dr Oly Ilunga estime que ces deux associations vont réellement contribuer à changer la prise en charge des maladies de reins en RDC. En outre, il révèle que le gouvernement est déjà impliqué pour contribuer à des ouvertures des centres mais au-delà de ça, il importe de travailler en amont c’est-à-dire la prévention. Car la prévention demeure la solution pour lutter contre cette pathologie. Et le gouvernement est là pour soutenir ces genres d’association.

Pour le Dr Nazair Nseka, Président de la SOCONEPH, leurs associations ont été créées parce qu’elles n’existaient pas en RDC. ‘‘Il y a quelques années, il y n’avait pas beaucoup d’activités sur les reins dans le pays. Au bout de quelques années, on commence à avoir une très grande activité. On a maintenant un grand nombre de médecins qui s’occupent des maladies de reins et les centres de dialyse ont aussi augmenté. C’est, pourquoi, il était temps de voir comment atteindre cette activité dans l’ensemble du pays, comment organiser la recherche et comment amener les gens à faire une pratique selon les recommandations internationales. Il faut que tout le monde qui souffre des reins soit traité de la même manière quel soit le coin du pays où il se trouve’’, a déclaré le Dr Nazair Nseka.

 

Jolga Luvundisakio

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*