Maladie des reins

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Les reins ont de nombreuses fonctions dans l’organisme. Les deux principales sont d’éliminer les produits toxiques du corps grâce à la production d’urine, et produire des hormones.

Cependant, le rein peut souffrir de différentes maladies. Le plus grave bien sûr est quand les fonctions des reins sont altérées de façon irréversible en cas d’insuffisance rénale chronique. En France, 3 millions de personnes seraient touchées par cette maladie (de façon plus ou moins sévère).
Les reins peuvent être touchés par différentes affections de type inflammatoire, infectieux (comme une pyélonéphrite), métabolique (comme un calcul rénal), toxique (en raison de l’atteinte médicamenteuse), ou encore tumoral (bénin ou cancéreux).

Des problèmes graves peuvent survenir de façon soudaine, avec au pire la survenue d’une insuffisance rénale aiguë. Cet accident risque de se produire lors d’une infection, lors d’une contamination avec des germes délivrant des toxines, ou lors d’un polytraumatisme, etc.
Mais le plus préoccupant concerne certainement l’insuffisance rénale chronique, car très courante.
La maladie rénale chronique est une perte progressive et irréversible des fonctions des reins. Elle correspond à la destruction graduelle et irrémédiable des néphrons, unités fonctionnelles des reins qui filtrent le sang, et sécrètent certaines hormones.

Chaque rein possède plus d’un million de néphrons. La maladie rénale chronique apparaît quand il ne reste plus qu’un tiers de néphrons d’origine sains.
Les causes

L’hypertension artérielle et le diabète sont les deux principales causes de la maladie rénale chronique.

Mais il existe également d’autres causes :
– des lésions du rein (glomérulonéphrites),
– des maladies comme le lupus érythémateux systématique,
– des causes infectieuses (infections rénales chroniques),
– des causes toxiques (comme un abus de médicaments anti-inflammatoires),
– de rares maladies génétiques et héréditaires.

Cependant, comme 30% des patients consultent un spécialiste des reins à un stade évolué de la maladie, la cause ne peut pas toujours être déterminée. En effet, pour pouvoir faire un rapprochement entre la cause et la maladie, il faut pouvoir diagnostiquer la maladie tôt.
Il existe 5 stades de la maladie : le stade 1 est le moins « agressif » et le stade 5 correspond à l’insuffisance rénale la plus évoluée.

On parle de maladie rénale chronique pour les stades 1, 2 et 3. Pour les stades 4 et 5, on parle d’insuffisance rénale chronique.

Les personnes âgées sont les plus touchées par les maladies des reins. Dans les structures de dialyse (rein artificiel), la majorité des patients ont plus de 60-65 ans.
En effet, avec l’âge, le rein vieillit, fonctionne moins bien et devient la cible privilégiée de complications.

Les symptômes

Pendant plusieurs années, il n’y a pas de symptômes. C’est pour cela que plus d’un tiers des patients atteints d’une maladie rénale chronique ne consultent un néphrologue (le médecin spécialiste des maladies des reins) qu’à un stade très évolué de la maladie, et que la plupart ne savent pas qu’ils sont porteurs de cette pathologie.

Certains patients atteints de maladie rénale chronique peuvent néanmoins ressentir différents symptômes comme :
– une fatigue excessive pendant un effort,
– un manque d’appétit,
– un besoin d’uriner plusieurs fois par nuit.

Lorsque la maladie est à un stade avancée, les signes sont les suivants :
– une importante fatigue,
– une perte d’appétit,
– des nausées et des vomissements,
– un amaigrissement,
– des crampes dans les jambes (principalement la nuit),
– des démangeaisons,
– des troubles du sommeil.

Quand ces symptômes surviennent, le médecin que le patient consulte, prescrit des examens complémentaires pour savoir si les reins sont en cause ou pas. Le dépistage est primordial. Il se fait facilement : il suffit de tremper une bandelette dans les urines et de regarder s’il y a la présence d’albumine.

Les personnes diabétiques et hypertendues doivent particulièrement être vigilantes, car ce sont des personnes à risque de développer une maladie rénale.
En cas d’anomalie détectée suite au dépistage (présence d’albumine dans les urines), un dosage dans le sang de la créatinine sera effectué. La créatinine se trouve naturellement dans l’organisme, et est un bon indicateur de fonctionnement des reins. Cet examen permet d’évaluer, par un calcul mathématique, le degré de dégradation de la fonction rénale.Les traitements

Les traitements dépendent du stade de la maladie des reins.

Tout d’abord, il faut traiter l’hypertension artérielle quand il y a une.
Ensuite, il faut éviter le tabac et adapter l’alimentation aux possibilités d’élimination du rein : l’apport en protéines (les viandes, les protéines animales, le poisson, les œufs et également les protéines contenues dans le pain et les pâtes) doit être restreint en fonction du degré de la défaillance rénale.
Il faut également restreindre l’apport en sel.

Le premier traitement consistera donc à avoir une bonne hygiène de vie, et à faire attention à son alimentation, en appliquant certains conseils diététiques. Il faudra faire aussi attention à l’usage de certains médicaments qui peuvent altérer les reins ou accélérer la maladie rénale. Et donc, si un patient avec une maladie rénale va en pharmacie acheter un médicament, ou va consulter un médecin qui ne le connaît pas, il doit bien penser à indiquer qu’il souffre d’une insuffisance rénale.
Des médicaments qui ralentissement la destruction des reins pourront être prescrits, mais malheureusement, il n’existe pas de médicament capable de restaurer le fonctionnement normal des reins : la maladie rénale chronique est irréversible.
Quand cette maladie des reins (insuffisance rénale) est à un stade très évolué, les patients sont traités par dialyse ou éventuellement par greffe de rein.

Laëtitia Demma

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*