Mali-TP Mazembe : à quoi joue Patrice Carteron ?

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Parti de son poste de sélectionneur du Mali en très mauvais termes avec la Fédération il y a deux ans, Patrice Carteron, désormais entraîneur du TP Mazembe, est pourtant candidat à la succession d’Henri Kasperczak à la tête des Aigles. Une situation ubuesque. Leurs routes se sont séparées en mai 2013, de manière extrêmement brutale. Pourtant, Patrice Carteron et le Mali pourraient bien se retrouver dans les semaines à venir. L’actuel entraîneur du TP Mazembe fait partie d’une liste d’une «dizaine de noms» qui se trouvent «sur la table» pour succéder à Henri Kasperczak, non-reconduit au poste de sélectionneur, d’ici au 25 mars. Annoncée par la Fédération malienne elle-même, cette nouvelle a de quoi surprendre tant les deux parties se sont quittées en très mauvais termes il y a deux ans. Après une CAN 2013 bouclée par une brillante troisième place, l’ancien Dijonnais s’était affiché en mai aux côtés de Moïse Katumbi, le président du TP Mazembe, juste avant un match des Corbeaux de Lubumbashi, alors qu’il était sous contrat avec le Mali. Quelques jours après cette sortie peu appréciées, le Français s’est engagé avec le club congolais, lâchant les Aigles juste avant deux matches-clés dans les éliminatoires au Mondial 2014, programmés en juin (même s’il s’était dit prêt à diriger la sélection pour ces deux rencontres).

Une séparation devant les tribunaux

Qualifiée de mercenaire par certains, cette attitude avait déclenché la colère de la Fédération malienne. L’instance avait même porté l’affaire devant la FIFA pour «rupture de contrat abusive». Les deux parties avaient finalement trouvé une solution à l’amiable quelques mois plus tard. «Cela fait plusieurs mois que j’ai l’idée de reprendre un club au quotidien. La vie d’un sélectionneur est complètement différente», arguait Patrice Carteron au moment de sa signature en faveur du TP Mazembe, tout en expliquant que le manque de «stabilité» au Mali avait pesé dans son choix. «Les circonstances politiques avec les nouvelles élections bientôt dans le pays, ainsi qu’au niveau de la Fédération malienne» ont joué un rôle, concédait-il. Après deux saisons au goût d’inachevé à la tête des Corbeaux de Lubumbashi (défaite en finale de Coupe de la CAF en 2013 et en demi-finale de la Ligue des champions la saison passée), l’ancien défenseur semble juger que les conditions sont désormais davantage propices à une poursuite de l’aventure avec les Aigles. Problème : le technicien de 44 ans est sous contrat avec le TPM jusqu’en mai. Nouvelle polémique en perspective ?

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*