Pour Oxfam, le cycle de violences se poursuit dans l’est de la RDC

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Les atteintes aux droits de l’homme contre les populations civiles restent « monnaie courante » dans l’est de la République démocratique du Congo, et ce malgré la signature il y a deux ans de l’accord d’Addis-Abeba destiné à y ramener une paix durable. C’est le triste constat dressé par Oxfam dans son dernier rapport intitulé « Sécurité insécurisée ». L’ONG a enquêté en août et septembre 2014 dans 16 villages des provinces du Nord et du Sud-Kivu.
« L’exploitation généralisée de la population est toujours d’actualité », s’alarme Oxfam dans son rapport. Dans certaines localités considérées comme « sécurisées » par les autorités, « Etat et groupes armés » continuent « de se partager » le pouvoir, s’inquiète l’ONG. Dans d’autres, l’Etat a bel et bien repris la main, mais n’est pas en mesure de garantir la sécurité des civils.

Au contraire, plusieurs témoins, cités par l’ONG, accusent en fait l’armée et la police de se livrer aux mêmes exactions que celles des groupes armés : violences physiques, racket, taxations illégales et arrestations arbitraires. « Les Forces armées de la RDC (FARDC) sont au cœur de l’insécurité », résume un témoin. Des forces armées congolaises sous-payées, mal formées, mal équipées, précise le rapport.
Les violences visent en particulier les femmes et les jeunes hommes dont certains ont confié qu’ils étaient obligés de payer des militaires pour espérer être protégés. En signant les accords d’Addis-Abeba, il y a deux ans, rappelle Oxfam, le gouvernement s’était pourtant engagé à étendre son contrôle sur l’est du pays et réformer le secteur de la sécurité. L’ONG souligne bien quelques exemples de bonnes pratiques, mais précise qu’ils sont « relativement rares » et que dans l’ensemble, peu de progrès ont été réalisés.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*