Présidentielle 2016 Bemba disqualifié, les autres opposants se positionnent !

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Reconnu coupable de crimes de guerre et crimes contre l’humanité à la Cour pénale internationale (CPI), Jean-Pierre Gombo est disqualifié à la course de la présidentielle 2016. Et pourtant, le chairman du MLC était donné pour favori, après les deux mandats de Joseph Kabila.
Par ce verdict, la CPI a fait le lit des autres candidats présidentiables notamment Moïse Katumbi, Vital Kamerhe, Freddy Matungulu et les autres qui convoitent le bureau du Palais de la nation. Le maintien de Jean-Pierre Bemba en prison a découragé des milliers de ses partisans et fans qui annonçaient déjà le retour d’un héros au pays. A Kinshasa, de nombreux militants du MLC qui se sont rassemblés au siège de leur parti dans la commune de Kasa-Vubu n’ont pas caché leur déception. Certains ont même versé des larmes à l’annonce du verdict.
Certains militants ont dénoncé une décision ‘‘politique’’.
‘‘Le Seigneur seul sait tout ce qui se passe. Nuit et jour, nous implorons Dieu. C’est Dieu, l’avocat de Jean-Pierre Bemba. Bemba est tout simplement un prisonnier politique. Quoi d’autre à dire’’, a commenté un Bembiste au journal L’Objectif.
D’autres militants du MLC gardent encore espoir et attendent le prononcé de la peine. Les cadres du parti ont qualifié le verdict de la CPI d’une grande déception : ‘‘C’est une grande déception pour le parti, pour la famille et pour tous les Congolais, qui ont espéré en cette journée que Jean-Pierre Bemba serait acquitté’’, a déclaré Jacques Djoli, Sénateur MLC. Ce cadre bembiste reste tout de même serein et dit attendre la décision du collectif des avocats de Bemba [qui pourrait interjeter appel] et surtout de la direction politique du parti, qui est restée à côté de lui pour l’encourager. Tout au long du procès, entamé depuis plus de cinq ans, Bemba a toujours clamé son innocence. La tournure du dossier à la CPI a sans doute signé la mort politique de Bemba. Dès que les juges de la Chambre Préliminaire III auront indiqué la durée de sa peine et ses annexes, le Sénat congolais, dont il est encore membre depuis son élection dans son fief de Gemena en 2006, devrait enclencher la procédure de l’invalidation de son mandat. Dans ces conditions, le chairman du MLC ne pourrait plus, logiquement, se porter candidat ni pour la présidence de la République, ni aux législatives et moins encore aux provinciales.

Kinshasa prend acte du verdict
Le gouvernement congolais a pris acte du verdict de culpabilité prononcé le même jour par la CPI contre Jean-Pierre Bemba dans les crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis par les troupes du MLC en Centrafrique. ‘‘Le gouvernement congolais a pour principe de ne jamais émettre un jugement de valeur sur les décisions de la justice, qu’elle soit nationale ou internationale. C’est une affaire qui ne concerne pas la RDC en plus et donc, nous n’avons pas d’appréciation négative ou positive à émettre sinon prendre acte de la décision de la justice’’, a déclaré le porte-parole du gouvernement Lambert Mende. La procureure de la CPI, Mme Fatou Bensouda a estimé que la reconnaissance de la culpabilité de Jean-Pierre Bemba marquait une étape importante dans la quête de justice au profit des victimes des événements survenus en 2002 et en 2003 en République centrafricaine. Avec cette décision de la CPI, Jean-Pierre Bemba devient la première personne poursuivie par la CPI à être condamnée comme chef hiérarchique.

Ni Bemba, ni Kabila
Sans Bemba et Kabila, qui gagnera la prochaine présidentielle ? La question reste sur toutes les lèvres à Kinshasa. Une chose est vraie que la bataille de la prochaine présidentielle risque d’être un combat des inconnus.
Ibakucha Mayanda

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*