Présidentielle de 2016: l’Opposition accuse Kabila d’entretenir le flou

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le flou persiste sur le processus électoral congolais. L’Opposition a accusé à tort ou à raison le Chef de l’Etat, Joseph Kabila d’entretenir cet imbroglio à travers son discours, prononcé dimanche 4 octobre, sur les antennes de Radiotélévision nationale congolaise (RTNC).
Dans un entretien accordé lundi 5 octobre à la presse, le Secrétaire général de l’UNC, Jean-Bertrand Ewanga dénonce les intentions de Joseph Kabila de préparer un glissement pour le troisième mandat. ‘‘Ce sont des actes qui parlent et c’est la volonté de Kabila de préparer un glissement vers un troisième mandat. Nous sommes surpris qu’il dise qu’il est prêt pour les élections parce qu’il n’est plus concerné. Il devait normalement s’adresser au Congrès en disant qu’il n’est pas candidat pour le 2016’’, a-t-il dénoncé.
Jean-Bertrand Ewanga dit également ne pas croire au discours du chef de l’Etat qui affirme en même temps n’avoir jamais demandé à sa famille politique de réviser la Constitution de la RDC.

Un flou artistique
Pour le Secrétaire général de l’UNC, le Chef de l’Etat se contredit en s’opposant à l’idée de révision de la Constitution et en disant être prêt pour la bataille électorale. ‘‘Je suis prêt pour les élections, même demain. Je ne vous ai jamais demandé de réviser la Constitution. Pourquoi les gens ont peur de moi?’’, aurait laissé entendre le président de la République devant ses lieutenants à Kingakati.
Joseph Kabila a également appelé ses ouailles à se préparer au dialogue pour des élections apaisées.
Pour Ewanga, le discours de Kabila ne rassure pas parce que les actes posés par la MP sont de nature à compromettre le processus électoral. Il cite notamment la mise en place de l’Office national pour l’identification de la population (ONIP), le livre du professeur Boshab sur la révision constitutionnelle, de la tentative de modification de la loi électorale qui a causé de nombreux morts en janvier dernier.
Pour sa part, le coordonnateur de l’Opposition nationaliste, Steve Mbikayi, a salué les propos de Joseph Kabila, qui dit-il, apaise les esprits avec le dialogue annoncé. ‘‘Sur le plan de fond, je suis d’accord qu’il ait dit qu’il n’a jamais participé à une réunion à laquelle était question de réviser la Constitution. C’est un message adressé aux membres de la MP qui sont zélés et qui commencent les initiatives de révision de la Constitution. Et qu’il ait promis de ne pas amener le peuple à un suicide collectif. C’est une très bonne chose. Et qu’il ait demandé à la MP de se préparer au dialogue pour préparer de bonnes élections, un calendrier consensuel’’, a-t-il souligné.
Steve Mbikayi a, par ailleurs, invité la classe politique congolaise à tirer les leçons du Burundi qui, chaque jour, compte ses morts à la suite des tensions pré et postélectorales.
La question sur la fin du mandat de Joseph Kabila fait débat depuis des mois dans les Etats-majors des partis politiques comme dans les rues de Kinshasa.
Certaines analystes estiment que le Chef de l’Etat devait apaiser la tempête en annonçant un candidat de la MP pour la présidentielle de novembre 2016.
A treize mois de ce scrutin, Joseph Kabila n’a pas encore annoncé son dauphin qui devrait bénéficier du soutien de la MP.
Certains analystes redoutent le fait qu’une frange de l’Opposition ne jure que sur le départ de Kabila en 2016. Une autre inconnue est l’équation du calendrier électoral consensuel qui devra mettre tout le monde d’accord sur la suite du processus électoral.
La majorité comme l’Opposition sont appelées à plus de responsabilité pour ne pas jeter le pays dans l’impasse.
Ibakucha Mayanda

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*