Présidentielles 2016 Le G7 dame le pion aux filles aînées de l’Opposition

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

L’année 2016 pointe à l’horizon. C’est l’année de tous les enjeux. Si l’on s’en tient au respect de la Constitution, c’est une année essentiellement électorale avec comme point de chute, l’élection présidentielle. L’objectif ultime demeure le fauteuil présidentiel. Ainsi, les états-majors des partis politiques tant de la Majorité que de l’Opposition se mettent en ordre de bataille.
D’un coté, la Majorité qui cherche à conserver le pouvoir et de l’autre l’Opposition toujours à la quête du pouvoir qu’elle ne parvient pas à conquérir depuis pratiquement dix ans, l’équivalent de deux mandats. S’agissant de l’Opposition, plusieurs raisons sont évoquées pour expliquer ces deux rendez-vous manqués. Nous nous permettons d’évoquer une des raisons qui nous semble plausible : L’Opposition bataille en ordre dispersé. C’était le cas en 2006 et en 2011. L’idéal serait que l’Opposition parvienne à un consensus en vue de présenter une candidature commune à même de mettre à mal la Majorité.
La configuration actuelle de la classe politique augure que l’Opposition est bien partie pour encore une fois batailler en ordre dispersé. Tenez, certainement que chaque plate-forme de l’Opposition présentera sa propre candidature : La Dynamique de l’unité d’action de l’Opposition avec Vital Kamerhe, Martin Fayulu et les autres, la Nouvelle classe politique et sociale de Steve Mbikayi (qu’on dit manger dans tous les râteliers) et tout récemment le G7. Freddy Matungulu Ilankir, ancien ministre des Finances postulera pour le compte de son parti CNB (Congo na Biso). L’UDPS, par l’entremise d’un de ses cadres en la personne de Joseph Kapita appelle toutes les composantes de l’Opposition à fédérer leurs forces pour une candidature commune autour d’Etienne Tshisekedi. Une cause perdue à l’avance du fait que Tshisekedi soutient le dialogue qui risque de favoriser le glissement.
Certes, l’Opposition bataillera en ordre dispersé, faut-il le repéter, mais la cadette de toutes les composantes de l’Opposition semble avoir pris une longueur d’avance sur les autres : le G7 fait son entrée officielle dans l’Opposition à travers l’Acte constitutif dûment signé samedi 9 octobre dernier en la salle des conférences de la paroisse Sainte Anne, dans la commune de la Gombe. Et cela par tous les membres à l’unanimité à savoir Pierre Lumbi (MSR), Charles Mwando Nsimba (UNADEF), Gabriel Kyungu wa Kumwanza ( UNAFEC), Olivier Kamitatu (ARC), José Endundo (PDC), Christophe Lutundula (ADP/MSDD) et Danny Banza (ACO) ont répondu présents au rendez-vous. Outre la bonne structuration, ces derniers parlent un même langage et affichent une grande sérénité et détermination. A peine arrivé, le G7 est parvenu à ressortir un consensus pour une candidature unique. On croit, dans toutes les officines politiques que ce sera Moïse Katumbi. G7 ne se recroqueville cependant pas. Elle adopte la politique de la main tendue : Le G7 s’est déclaré ouvert à tous les courants et prêts à conclure des alliances avec d’autres ensembles ou personnalités politiques engagés dans le combat de l’alternance au sommet de l’Etat.
Jean-Marie Mawete

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*