Processus d’enrôlement d’électeurs : La CENCO relève les faiblesses de la CENI    

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

La Commission Episcopale nationale du Congo (CENCO) a relevé quelques faiblesses de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dans le processus d’enrôlement d’électeurs en RDC. Ce constat a été fait à travers un rapport publié par  la mission d’observation d’inscription d’électeurs de la commission justice et paix de cette structure catholique.

Les prélats ont manifesté leurs inquiétudes notamment par la lenteur du processus électoral dans le chef des animateurs de la CENI ainsi que quelques imperfections. Lors d’un point de presse tenu à Kinshasa, le secrétaire générale de la CENCO, l’Abbé Donatien Nshole a indiqué que la CENI n’a pas enrôlé les congolais de l’étranger au même moment que les électeurs de Kinshasa comme initialement prévu lors du lancement de l’opération d’inscription d’électeurs à Gbadolite dans la province du Nord-Oubangi. Le secrétaire général de la CENCI a en outre souligné que même le délai fixé par la CENI pour permettre que le fichier électoral soit prêt au plus tard le 31 juillet, n’a pas non plus été respecté. Ainsi, depuis le 31 juillet 2016, date du début d’inscription d’électeurs jusqu’au 23 décembre 2018, date de l’organisation des élections selon le calendrier électoral du 5 novembre 2017, l’on comptera deux ans et demi.  Cela étant, le fichier électoral en construction comptera aussi les décès en son sein, les noms des personnes ayant changé d’adresse, ne figureront pas sur les listes électorales des bureaux de vote de leurs nouvelles localisations. Une autre inquiétude de la CENCO est que les personnes qui vont recouvrer leur liberté civile et politique avant le jour des scrutins, ne figureront pas sur la liste électorale. L’Abbé Nshole a exhorté la CENI à tenir compte des cas et contexte de crise dont le vrai dénouement, n’adviendra qu’après l’organisation des élections honnêtes.

 

Maximiser le temps

 

La mission d’observation  justice et paix de la CENCO a invité la CENI à maximiser le temps pour permettre que les élections se tiennent le plus vite que possible. Il faut rappeler que la CENCO avait déployé de nombreux observateurs dans toutes les provinces de la RDC.

 

Ambigüité des lois sur les manifestations publiques

 

D’une pierre deux coups, le secrétaire général de la CENCO a également dénoncé l’ambigüité des lois sur l’organisation des manifestations et réunions publiques. Selon lui, il s’agit de la violation des droits de l’Homme. Pour Nshole, les manifestations et réunions publiques organisées par les partis de la majorité présidentielle ainsi que ceux de l’opposition, parties prenantes au gouvernement, se sont déroulées en toute quiétude. Par contre, les manifestations publiques organisées par les partis de l’opposition politiques, les organisations de la société civile ainsi que les mouvements citoyens, ont été étouffées, interdites, empêchées et dispersées par la police avec l’usage des gaz lacrymogènes et des balles réelles.

Dans leur rapport, la CENCO a relevé qu’au au moins 56 personnes ont été tuées, dont 50 par balle, une par gaz lacrymogène et 3 policiers tués par les manifestants. En outre, au moins 355 cas d’arrestations des manifestants et organisateurs. Ces arrestations sont menées par la police, les forces armées du pays et autres services spécialisés. Dans le même ordre d’idées, la CENCO  a également faut allusion à plus au moins 105 cas des blessés dont 87 par balles, un par ballonnets, 10 pendant la fuite et 8 par gaz lacrymogène. Au moins 4 cas de vandalisme. Il s’agit notamment d’un magasin pillé, propriété d’un sujet chinois pillé et 4 jeeps de la police brulées. De son côté, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende, qualifie le rapport de la CENCO de terroriste.

 

Nico Kassanda

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*