Surpoids et obésité : définition, causes et risques

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le surpoids et l’obésité correspondent à un excédent de graisse dans le corps. Ils sont principalement dus à une alimentation trop riche et une activité physique faible. Des facteurs psychologiques ou génétiques, des maladies chroniques peuvent intervenir dans la survenue. Le surpoids et l’obésité ont un rôle néfaste sur la santé.
Qu’est-ce que le surpoids et l’obésité ?
Le surpoids et l’obésité de l’adulte sont dus à un excès de masse grasse corporelle. Celle-ci correspond à l’ensemble de la graisse du corps (ou tissu adipeux). On l’oppose à la masse maigre qui correspond au poids des muscles, des organes et des viscères.
Le surpoids et l’obésité sont définis à partir de l’indice de masse corporelle (ou IMC). Il se calcule en divisant le poids par la taille au carré d’une personne. C’est un outil de mesure simple, utilisé couramment pour estimer la corpulence d’une personne.
Si votre IMC est :
• < 18,5 kg/m², il s’agit d’une insuffisance pondérale ;
• < 18,5 et < 25 kg/m², la corpulence est normale ;
• < 25 et < 30 kg/m², il existe un surpoids ;
• > 30 kg/m², il s’agit d’obésité.
L’obésité est considérée comme une maladie chronique. Elle est présente dans l’ensemble des pays industrialisés et constitue un problème de société, car elle entraîne des conséquences défavorables sur la santé de la population.

Les causes du surpoids et de l’obésité
Les causes du surpoids et de l’obésité sont multiples. Les principales sont l’évolution profonde des rythmes de vie, de l’alimentation et la réduction importante de l’activité physique.
Les facteurs qui contribuent au surpoids et à l’obésité sont complexes et nombreux.

Un déséquilibre entre les apports et les dépenses d’énergie
Lorsque les apports alimentaires et les dépenses de l’organisme sont équilibrés, le poids est stable chez un adulte. Mais, quand l’énergie apportée est supérieure à celle dépensée pendant une longue période, une prise de poids apparaît progressivement. Cette situation a lieu si :
• les apports caloriques sont excessifs (alimentation grasse, sucrée, pauvre en fibres, prise de boissons sucrées, portions de grande taille, consommation d’alcool, etc.) ;
• les dépenses énergétiques quotidiennes sont insuffisantes (inactivité physique et/ou sédentarité devant la télévision, les jeux vidéo, déplacements en voiture, métiers de bureau, etc.)
Dans ces conditions, le corps développe sa masse grasse (ou tissu adipeux). Celle-ci est constituée de cellules (appelées adipocytes) plus ou moins remplies de graisses. Ce tissu représente en moyenne 32 % du poids du corps chez la femme et 16 % chez l’homme. La masse maigre, quant à elle, représente le poids des muscles, des organes et des viscères.
Face à un déséquilibre de la balance énergétique, l’évolution suit deux phases :
• le poids augmente (phase dynamique) ; les adipocytes se remplissent de graisse ;
• le poids reste élevé (phase statique) ; les adipocytes se multiplient, ce qui amplifie la capacité de stockage de graisse de l’organisme et crée les conditions d’une prise de poids supplémentaire.

Facteurs psychologiques et rythme de vie
La prise de poids est aussi favorisée par d’autres facteurs :
• des troubles du comportement alimentaire : grignotage, boulimie, consommation compulsive en cas de stress ou de grande détresse (notamment d’aliments réconfortants très caloriques), etc. ;
• des troubles anxieux ou dépressifs, périodes de difficulté psychologique ou sociale (difficultés professionnelle, économique, familiale, etc.) ;
• une diminution du temps de sommeil ;
• un arrêt du tabac non accompagné de mesures adaptées ;
• une consommation d’alcool excessive.
Contexte génétique, périodes critiques ou maladies
Des facteurs génétiques interviennent parfois dans le développement de l’obésité. Ainsi, les enfants de parents obèses ont un risque plus important de développer une obésité. Certaines maladies génétiques rares peuvent également s’accompagner d’une obésité.
Indépendamment, une obésité dans l’enfance peut augmenter le risque de développer une obésité à l’âge adulte.
La grossesse et la ménopause sont également des périodes de la vie propices à la prise de poids.

Enfin, des maladies (comme l’hypothyroïdie), ou la prise de certains médicaments (anxiolytiques, antidépresseurs, antiépileptiques, antidiabétiques, etc.) favorisent le surpoids et l’obésité.

Quels sont les risques liés au surpoids et à l’obésité ?
L’obésité est une maladie chronique prédisposant à la survenue d’autres affections. Elle participe ainsi à diminuer la qualité de vie. C’est pourquoi il est important de s’en préoccuper.
En effet, les personnes en situation d’obésité présentent un risque plus élevé de développer des maladies cardiovasculaires :
• une hypertension artérielle ;
• une maladie coronaire, ou angine de poitrine ;
• un infarctus du myocarde ;
• un accident vasculaire cérébral.
Ces personnes souffrent également plus fréquemment :
• de diabète de type 2, ou diabète “gras” ;
• d’apnées du sommeil ;
• de cancer du sein après la ménopause ;
• de cancer du colon ;
• calculs dans la vésicule biliaire (lithiase biliaire pouvant se surinfecter : cholécystite aiguë) ou dans les articulations (goutte) ;
• d’arthrose à la hanche et aux genoux ;
• de douleurs dans le bas du dos, ou lombalgies.
En plus des complications physiques, l’obésité peut être source de problèmes psychologiques. En effet, les rondeurs ne sont pas toujours faciles à assumer. Les personnes en surpoids ont donc parfois une estime de soi altérée.
Dans tous les cas, votre médecin traitant peut vous orienter. N’hésitez pas à le consulter.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

1 commentaire

  • Abella Bernard

    Salut. Quand on cherche à perdre du poids, on a souvent envie d’obtenir rapidement des résultats visibles. Bien plus que des sacrifices, perdre quelques kilos requiert avant tout un changement d’habitudes qui n’améliorent pas seulement notre silhouette, mais également notre qualité de vie. Les recherches ont démontré que la plupart des gens en surpoids portent autour de 5 à 10 kilos de gras corporel indésirable. De par mon expérience, la plupart des diètes échouent parce qu’elles ont une approche longue, lente et ennuyeuse vis à vis la perte de poids. Comme expliqué dans le site suivant http://www.perdredupoidsregime.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*