Trop de zones d’ombres dans l’affaire Saï-Saï

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

L’affaire Saï-Saï, du nom du comédien Fiston Mafinga, arrêté pour viol sur une prétendue mineure prénommée Cathy, continue à défrayer la chronique. Depuis son incarcération il y a deux semaines au Centre pénitentiaire de rééducation de Kinshasa, nom pudique de la prison centrale de Makala, des révélations qui font tache d’huile apparaissent au grand jour.  Des réactions fusent de partout à Kinshasa, surtout de Bandalungwa, la commune où réside la présumée victime. Selon certaines indiscrétions, la fille n’est pas à son premier forfait. Mère d’un enfant, à ce que l’on dit, elle aurait 22 ans et se serait spécialisée dans la calomnie des hommes ayant un certain standing, qu’elle accuse de viol dans le but de les rançonner. Son modus operandi serait l’auto-stop. Elle se déguise en autostoppeuse à la quête d’un transport au bord de la chaussée, visant des véhicules de luxe. Des qu’un se présente, elle l’hèle et s’y approche, et faisant semblant de s’adresser au conducteur, elle commence à crier, accusant ce dernier de l’avoir violée par le passé.

Des faits troublants

Selon la chronologie des faits lors de son interrogatoire,  la relation du viol par la fille est émaillée de beaucoup de zones d’ombres. A en croire l’Ong Artistes en danger, les résultats du diagnostic du médecin légiste établissent que la victime n’a pas fait l’objet d’une violence sexuelle, une thèse qui n’a pas rencontré l’assentiment de la famille de la présumée victime. Un autre fait qui trouble, c’est le fait que la fille, marchant de ses propres pieds après avoir été violée par 5 hommes, auraient été raccompagnée par des shégués, ces enfants de rue sans foi ni loi, qui n’auraient curieusement rien demandé en échange à sa sœur qui l’attendait depuis 22 heures qu’elle est allée acheter du pain. Ce qui intrigue également c’est le fait qu’elle n’a pas crié au secours en vue d’alerter et s’attendre à l’aide des personnes riveraines du ”tunnel”. Selon certains juristes en la matière, à l’issue de l’interrogatoire, il appert qu’il n’y ait pas une suite logique dans la relation des faits de la part de la présumée violée, ce qui conforte d’ailleurs la déclaration du médecin légiste qui n’aurait pas constaté des traces de viol. Cathy avait déclaré que Fiston Mafinga lui aurait proposé à enregistrer un spot publicitaire. Et que l’artiste a commencé à lui faire des avances, puis, sans son consentement, a abusé d’elle en compagnie de 4 autres hommes dont un certain Kidys, proche de Saï-Saï aux dires de la présumée violée, dans un tunnel à Bandal, comme on appelle communément ces ruelles séparant dos à dos deux pâtés de maisons. Ces bourreaux lui auraient dépouillé de son téléphone portable. Du côté de Saï-Saï, la tendance à se présenter à la Police et demander à voir la famille pour ”parler” suscite également des interrogations. C’est l’issue du procès qui apportera de l’éclairage à l’entendement du public et déterminera les responsabilités.

Antha Luango

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*