Un motard de Kingabwa en voie de perdre son bras

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Shaco Omandjela, conducteur de taxi-moto opérant sur la place Uzam, quartier Kingabwa dans la commune de Limete risque de perdre son bras gauche si personne ne l’assiste. Victime d’une agression, cet homme d’environ 40 ans et père de deux enfants a lancé mardi 21 avril un cri d’alarme à travers le journal ‘‘L’Objectif’’ pour obtenir une assistance médicale. Il a contacté la rédaction du journal ‘‘L’Objectif’’ après avoir frappé sans succès à plusieurs portes pour demander de l’aide.
Conducteur de taxis-moto depuis plusieurs années, Omandjela a été agressé alors qu’il était en plein exercice de son métier. Il a été sollicité pour une course dans la nuit du samedi 8 mars 2014 par un couple constitué d’un homme et une femme aux alentours de 23 heures. Alors qu’il attendait des clients sur la place Uzam aux cotés d’autres conducteurs des taxis-motos, Omandjela a vu approcher vers lui ce couple client. Pressés par le temps, les deux passagers lui ont demandé de les conduire vers le quartier Pakadjuma, à quelques mètres de l’arrêt Uzam. Sans attendre que Shaco fixe le coût de la course, ils lui ont proposé à l’avance un billet de 10 USD. Ravi par cette offre alléchante, il n’a pas hésité de prendre le couple et s’est engagé vers le quartier Pakadjuma. Arrivé au niveau de l’arrêt Socobelam, la femme a demandé au conducteur de s’arrêter un instant, le temps pour elle de se soulager. C’est ici où la course va changer en calvaire pour le conducteur Shaco. Aussitôt descendu de la moto, la femme a sorti un revolver de son sac à main. Elle l’a pointé sur Shaco en lui exigeant de leur céder la moto. Le motocycliste qui n’en revenait pas, a tenté de résister à cette demande. ‘‘Si tu veux rester en vie, laisses la moto et pars’’, l’a obligé la femme, arme à la main. Pour mettre fin à la discussion entre les deux, l’homme qui accompagnait la femme, a sorti une machette pour menacer le motard. Sans hésiter, il a frappé le conducteur sans défense. Pour se protéger, Omandjela s’est servi de son bras gauche pour contrer la machette. Celle-ci a percé son bras et l’a blessé sur une grande partie de son avant-bras. Emporté par la douleur, Shaco a abandonné sa moto entre les mains des ces inciviques. Sans beaucoup de difficultés, ces malfrats ont emporté la moto abandonnant Shaco au sol.
Secouru par des passants, la victime a été amenée d’abord à l’hôpital Saint Joseph, puis l’hôpital Kimbanguiste de Lemba pour des soins appropriés avant une intervention chirurgicale. Quelque temps après, elle était soumise à un examen de radiologie. Selon les premiers résultats, son bras présente une fracture des os de l’avant-bras. Le rapport du médecin responsable de l’hôpital Kimbanguiste recommande une deuxième intervention chirurgicale pour placer des fixateurs, question d’immobiliser le bras endommagé.
Pour y arriver, Shaco doit débourser une somme de 1400 USD. Selon lui, une partie de cette somme avait déjà été rassemblée par les membres de sa famille. ‘‘Je suis marié et père de famille. Le taxis-moto était mon seul gagne-pain. Aujourd’hui, je ne sais plus travailler avec une seule main. J’ai des douleurs tous les jours parce que mon bras n’est pas encore bien soigné. Que les personnes qui compatissent à mon malheur viennent à mon secours. Des ONG, des politiciens, des serviteurs de Dieu et des personnes de bonne volonté m’aident à sortir de cet état’’, a-t-il indiqué en bénissant à l’avance ceux qui seront sensibles à ce cri d’alarme.
Depuis cet incident, Shaco ne sait plus nouer les deux bouts du mois. Pour nourrir sa femme, ses enfants et assurer sa santé, il s’est lancé dans la mendicité dans la ville de Kinshasa. Pour la victime qui avait déjà saisi la police, ces malfaiteurs doivent être arrêtés parce que selon lui, ils constituent un danger non seulement pour les conducteurs des motos, mais aussi pour tous les Kinois.

Patmic Monkango B., stagiaire de l’Ifasic

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*