À la croisée des éléments : Sel, Soufre et Mercure

Dans les méandres de la pensée philosophique, le corps, l’âme et l’esprit sont représentés par le sel, le soufre et le mercure. Ces éléments, bien que matériels, transcendent leur nature physique pour incarner des aspects plus profonds de l’existence humaine. En maîtrisant cet art métaphorique, la République Démocratique du Congo pourrait prétendre à une maîtrise inégalée de la conscience, ouvrant ainsi les portes d’une nouvelle ère de compréhension et d’influence.

L’alchimie, l’astrologie et la théurgie ne sont pas simplement des vestiges d’un savoir philosophique, mais bien les fondements d’une connaissance profonde, tant scientifique que métaphysique. Leur assimilation par l’élite congolaise pourrait marquer un tournant décisif dans la perception, la gouvernance générale, résolument anticipée, proactive et responsable du pays.

En comprenant que le sel, le soufre et le mercure sont présents en toute chose, la classe politique congolaise pourrait ouvrir la voie à une harmonie renouvelée, où la compréhension des différents plans de l’existence devient la clé de voûte d’une société plus équilibrée et éclairée. Toute nation a une âme et c’est cette dernière qui guide, ressente, restaure et apaise la société pour qu’elle demeure productive.

Cette quête de connaissance transcende les frontières de la pensée conventionnelle, invitant chacun à explorer les profondeurs de l’âme et à reconnaître la présence en chaque être des éléments qui régissent l’univers lui-même. La classe politique congolaise deviendra savante lorsqu’elle connaîtrait les limites de son savoir c’est-à-dire l’infini de son ignorance sur des domaines essentiels de la vie.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR

Laisser un commentaire

Banner Meet DefMaks