À la recherche des racines africaines de l’écriture : Du Papyrus à la Permedjat

Dans la quête de comprendre les origines du mot « papier », une exploration fascinante nous emmène à travers les méandres de l’histoire de l’écriture. Le terme « papier » trouve ses racines dans le mot « papyrus », le matériau ancestral sur lequel nos ancêtres ont tracé les premiers mots de l’humanité.

En Égypte ancienne, le papyrus était vénéré comme un support sacré pour l’écriture, et le livre était appelé « medjat ». Cette connexion avec l’Afrique et son riche héritage scriptural est profonde et souvent négligée.

De même, le mot « bibliothèque », avec son origine dans le terme égyptien « permedjat », révèle un lien significatif avec l’africanité de l’écriture. La bibliothèque, bien plus qu’un simple dépôt de livres, incarne la mémoire collective et la sagesse accumulée de l’humanité.

En embrassant le concept de « permedjat », nous honorons non seulement l’origine de notre savoir écrit, mais aussi la contribution essentielle de l’Afrique à la civilisation mondiale. À travers ces mots anciens et puissants, nous sommes rappelés de l’importance de reconnaître et de célébrer les fondations africaines de l’écriture.

Loin d’être des vestiges du passé, ces termes résonnent encore aujourd’hui dans notre utilisation quotidienne de la langue. En reconnaissant et en honorant cette africanité de l’écriture, nous enrichissons notre compréhension de nous-mêmes en tant qu’êtres humains façonnés par une tradition scripturale universelle, dont les racines plongent profondément dans le sol fertile de l’Afrique antique.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR

Laisser un commentaire