Bana Saint Jean Fondation : 2022, une année de grande visibilité

L’année 2022 sera marquée par une grande visibilité à travers quelques villes du pays, pourquoi pas sur toute l’étendue de la République. C’est l’objectif assigné par Bana Saint Jean Fondation pour cette nouvelle année qui vient de commencer.

Cette nouvelle année a été décrétée, celle de grande visibilités, au cours la cérémonie d’échanges de voeux intervenue mardi 4 janvier dernier au restaurant Reine de la Paix dans la commune de la Gombe. Plusieurs personnalités ont pris part à cette journée festive dont le président du Réseau des journalistes sportifs du Congo, à savoir Roger Buloba. Conduites par le chargé de Sports-maison Jérôme Kasongo, les joueuses de l’équipe féminine n’ont pas manqué à ce rendez-vous.

Quelques membres de l’intérieur du pays, ont aussi rehaussé de leur présence à cette rencontre. Il s’agit de Hugues Ebengo, représentant du grand Bandundu. Valérie Kamosha a représenté le Kongo central, tandis que le Haut Katanga à été représenté par Jean-Luc.

Dans son mot de circonstance, Clarisse Lefuni, membre de la Commission Sociale et responsable de Département de l’Environnement, a fait savoir que cette rencontre s’inscrit dans le processus de rassembler tous les Bana Saint Jean Fondation dans l’unité parfaite en ce début d’année 2022.

Selon le numéro du Département de l’Environnement de Bana Saint Jean Fondation, les profondes relations qui s’opèrent aujourd’hui, leur projettent dans le défi majeur auquel, ils vont faire face. Pour y arriver, il faudra une franche collaboration entre membres de la Fondation. « C’est pourquoi, il est nécessaire de faire face et retrousser les manches pour atteindre nos objectifs, à aplanir des obstacles en travaillant le développement pour contribuer à l’essor de notre société », a-t-elle conclu.

Prenant la parole à son tour, le président de la Fondation Thadée Kambale, a profité de l’occasion pour commenter l’hymne de sa chère structure. Pour lui, cet hymne, c’est une prière. Dieu peut nous aider à vivre de son amour. Cela va se traduire par une vie prospère, tout le monde aura un petit sourire.

Thadée Kambale a beaucoup martelé sur la journée du 4 janvier consacrée aux martyrs de l’indépendance. Pour lui, les martyrs de l’indépendance que le pays célèbre chaque 4 janvier, la plupart d’entre eux étaient constitués des jeunes. Il faudra reconnaitre que la jeunesse de cette époque était responsable, par rapport à ce qu’on observe aujourd’hui.  Sans aller par quatre chemins, le président de Bana Saint Jean Fondation a déclaré que la jeunesse actuelle n’est pas responsable, elle n’est pas capable de nous libérer. La jeunesse d’aujourd’hui, doit savoir que la richesse est tout d’abord intellectuelle, ce n’est pas le fait d’avoir des diamants, des cuivres et tant d’autres, qu’on est automatiquement riche. C’était une occasion pour conscientiser la jeunesse congolaise en général, et kinoise en particulier.

Le moment phare de ce rendez-vous, c’est l’échange de cadeaux entre membres de Bana Saint Jean Fondation. La satisfaction, c’est ce qu’on pouvait lire sur les visages de différents bénéficiaires. Un autre moment fort, c’est la présentation des animateurs de différentes commissions de Bana Saint Jean Fondation.

Cette journée festive a été agrémentée par Deborah Music, lequel a interprété des chansons ayant marqué la musique congolaise.

OS

Laisser un commentaire