Conséquence de l’invalidation de près de 30 députés de LAMUKA : Le FCC réconforte sa majorité

Les arrêts de la Cour constitutionnelle continuent de tomber quant au contentieux des élections législatives nationales.

Le FCC tire le gros lot avec environ 30 sièges récupérés. Du coup, la plateforme de l’ancien président Joseph Kabila voit sa majorité se réconforter. Elle pourra franchir la barre de 400 députés. ‘‘Comment la Cour peut-elle justifier ses décisions iniques?’’ , s’est interrogé Martin Fayulu sur Twitter. ‘’ C’est l’œuvre de la corruption qui continue’’, a réagi l’un des deux députés invalidés, l’élu de Mont Amba à Kinshasa, Jean Goubald, qui est par ailleurs l’un des grands noms de la chanson congolaise.  ‘’ Il a promis qu’il allait peser de tout son poids avec son fric pour me faire invalider », dit-il au sujet du bénéficiaire de son invalidation, un ancien ministre du Budget sous Kabila, Pierre Kangudia Mbayi.​

Une cour à la solde de l’ancien régime

‘’ C’est clair que la Cour constitutionnelle a appliqué les injonctions d’une famille politique. Nous condamnons fermement ce comportement de la Cour. Nous demandons à la population d’exiger une justice au service du droit. Il faut mettre fin aux combines odieuses des caciques de l’ancien régime’’, a déploré Georges Kapiamba, Coordonnateur de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ). Pour lui, malgré l’alternance au sommet de l’Etat, la Cour constitutionnelle reste soumise à l’ancien régime. ‘’ Cette Cour est majoritairement constituée des membres de l’ancien régime. Ces membres continuent à se faire influencer par leurs familles politiques qui veulent détruire la présence de l’opposition au parlement, pour ainsi leur permettre d’installer leur hégémonie politique et prendre le contrôle de tous les pouvoirs. Ils sont dans la logique de la confiscation de toutes les libertés politiques’’, a-t-il ajouté. Invalidé également, Chérubin Okende évoque l’instrumentalisation de la justice. Dans la foulée, Daniel Nsafu a été invalidé au profit de Doudou Otete, Néron Mbungu au profit du journaliste Louis D’Or Balekelayi.

 

Laisser un commentaire