En plein cœur de Kinshasa, Olive Lembe Kabila lance un centre hospitalier moderne

Deux ans après, la mise en marche du centre hospitalier Initiative Plus de Bibwa dans le quartier Kinkole dans la commune de la Nsele en présence du feu Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, la Présidente de l’ONG Initiative Plus, Olive Lembe Kabila, l’épouse du Sénateur à vie et président honoraire de la RDC Joseph Kabila Kabange a inauguré une extension.

Celle-ci est située en plein centre-ville de Kinshasa la capitale, plus précisément sur le Boulevard du 30 juin dans la mythique commune de la Gombe comprenant les urgences l’administration. L’hospitalisation quant à elle se trouve sur l’avenue Flamboyant à hauteur de l’avenue de la Liberté (ex 24 novembre). La prière d’ouverture a été dite le 30 juin dernier par l’Abbé Hubert Kitawa, représentant personnel du cardinal Fridolin Ambongo. L’extension CHIP de la Gombe a à son actif plus de 96 médecins locaux prêts à rendre service aux compatriotes et plus d’une centaine de la diaspora congolaise installés partout dans le monde qui ont souscrit pour le Come-back au pays, en vue d’apporter leur expertise dans les différents secteurs de la médecine. La sélection du personnel soignant a été rigoureuse et répondant aux critères établis dans le domaine médical et aux standards internationaux. Le but reste celui de constituer une équipe de qualité. Tout le personnel mis à la disposition du CHIP a suivi une formation qui lui permet de s’adapter aux nouvelles méthodes de travail. Situé en plein centre des affaires de la capitale, l’extension CHIP, selon la vision de son initiatrice Marie Olive Lembe Kabila tient à apporter des soins de qualité à un prix défiant toute concurrence. Mais aussi à répondre à la demande de nombreux Kinois voulant voir cette initiative louable s’approcher de l’autre partie de Kinshasa.

Véritable ouverture à la Diaspora congolaise

La plus grande réussite de cette œuvre de Marie Olive Lembe Kabila, reste son ouverture à la diaspora congolaise du secteur médical. En effet, avec l’acquisition du plus grand et performant plateau technique médical, le Centre hospitalier Initiative Plus (CHIP), ouvre ses portes aux plus grands médecins spécialistes que regorgent notre pays la RDC mais également ceux de la diaspora congolaise de tous les horizons. De l’imagerie, le bloc opératoire, des laboratoires modernes, le CHIP vient répondre à ce besoin des congolais de se soigner sans faire des voyages kilométriques pour trouver la solution à leur maladie. Le responsable du CHIP, le docteur Ntalaja, neurochirurgien de formation a circonscrit la situation et les objectifs de ce centre médical qui se veut le plus grand du pays. Il a indiqué qu’en deux années d’existence de CHIP, ce dernier a changé l’image de la médecine en RDC.

En outre, il a fait savoir que cette formation hospitalière dispose d’un IRM Basic avec la croissance de la capacité du plateau technique aux standards internationaux. À la description des spécialités que compte cet hôpital, CHIP dans ses perspectives attend offrir la chirurgie faciale, la planétologie, la chirurgie orale, la transplantation etc. La diaspora congolaise par le biais du docteur Alphonise Nzomvuama, salue cette initiative qui ouvre ses portes aux spécialistes médicales congolaises de l’extérieur qui n’attend que des occasions pour démontrer leur capacité à venir en aide à leurs compatriotes.  » C’est le lieu de rendre un hommage mérité aux médecins congolais exerçant dans les quatre coins de ce vaste pays, qui est la République Démocratique du Congo, pour les prouesses héroïques chaque jour accomplis pour sauver des vies humaines.

Avec eux, l’ensemble des soignants congolais. Qu’ils exercent à Tenke Fungurume ou à Héléna, ils méritent le respect de la Nation. Qu’ils pratiquent leur art à Aru ou à Maduda, nous leur devons notre gratitude*, a-t-il dit. En outre, il rappelle que vers les années 1970, les médecins congolais étaient plus avancés que les sud-africains dans la chirurgie à cœur fermé.  » Des sud-africains vinrent par centaines se faire opérer à Lovanium (Clinique Universitaire de Kinshasa) Il s‘est s’interrogé sur les avancées ou la régression de la médecine congolaise. Sa réponse est toute claire :  » les uns ont été les premiers au monde à réaliser une greffe cardiaque et le sens de la roue du tourisme médical s’est inversé. En poursuivant sur la trajectoire glorieuse de la médecine congolaise, le docteur Alphonse Nzomvuama a expliqué que dans les années 1970, les médecins congolais faisaient déjà des dialyses péritonéales, longtemps avant la majeure partie des pays d’Afrique qui, depuis pratiquent la greffe rénale. « Des deux choses, l’une : où nous nous sommes arrêtés ou les autres sont plus rapides » l’histoire de la médecine en RDC est éloquente à ce sujet. Et de rappeler que les jeunes générations ne savent parfois pas grand-chose de la glorieuse histoire médicale de la République Démocratique du Congo.

Le cardiologue Nzomvuama argue. Tenez, dès les années 1950, en RDC on ouvrait des thorax à Shabunda, dans le Sud-Kivu; à Kisantu au Kongo central pour opérer les poumons. Cette opération n’était même pas envisagée dans la grande majorité de pays africains. Occasion pour le Docteur Alphonse Nzomvuama de préciser que les années passent vite et les choses se délitent dans les souvenirs des uns et des autres. Le Docteur Alphonse Nzomvuama, Chirurgien cardio-vasculaire en s’adressant à Marie Olive Lembe Kabila, fait savoir qu’il est temps que les compétences et expériences de la RDC et de la diaspora soient mises ensemble et se retrouvent dans un cadre idoine tel que le CHIP.  » Vous l’avez compris, votre œil l’a vu et votre main l’aura exécuté. Pour ceci, que votre esprit a conçu et pour cela que votre œil voit déjà, il ne vous sera jamais assez dit merci le chirurgien cardio-vasculaire Nzomvuama, a ajouté ceci ; « De ce qui précède, plusieurs médecins congolais demandent et réclament, observent et scrutent, attendent et ne perdent pas patience d’avoir l’opportunité de revenir en République Démocratique du Congo, leur terre natale, lui rendre ce qui lui revient.

Pour lui, le CHIP est ainsi, un creuset d’où se renforcera cette reprise de la progression scientifique et médicale, de la reconquête de la place de la République Démocratique du Congo sur le continent africain, place qui leur a été subtilisée, « clame-t-il. Prenant la défense de médecins congolais de la diaspora, il formule le vœu plus simple :  » offrir aux congolais la possibilité légitime de trouver chez eux, entre les mains des leurs, toutes les possibilités de soins de qualité dans ce Centre qui en a tous les atouts*.

Pour les médecins congolais de la diaspora réunie, ce vœu pourra éviter que les congolais, partent chercher de meilleurs soins parfois à des kms de Goma, ou de Ngandajika, ne se retrouvent pas nécessairement nez à nez avec un médecin congolais qui leur expliquera, après avoir administré les soins idoines à leur petit dernier, que la circoncision pouvait se pratiquer chez eux. Ainsi dit, « le CHIP puisse être une chance pour tous les congolais, soignants et soignés » a plaidé le docteur Nzomvuama. Mis dans les conditions favorables, les congolais sont capables de grandes choses, n’a cessé de dire Joseph Kabila Kabange. La modératrice, Angèle Kanam, directrice de communication de Initiatives Plus Olive Lembe (IPOLK), a expliqué à l’assistante que le Docteur Alphonse Nzomvuama. Chirurgien cardio-vasculaire a cru à ce projet de la présidente de l’IPOLK d’ériger un centre hospitalier moderne présentant aux congolais une offre de soins différente. Cette différence consiste à réunir des spécialités médico-chirurgicales diverses et variées dans l’excellence de leur exercice. Différente également parce qu’elle permettra cet exercice sur un plateau technique conforme aux standards internationaux. Différente aussi et surtout parce qu’elle fera travailler ensemble les médecins congolais d’ici en République Démocratique du Congo avec ceux de leurs confrères partis jadis au-delà des océans et des mers. Il s’agit des médecins de la diaspora.

Satisfecit de l’ordre des médecins

De son côté le Président de l’Ordre des Médecins, le Docteur Bernier Nsadi, a manifesté le sentiment de grande admiration à l’endroit de la présidente de l’IPOLK, Marie Olive Lembe Kabila pour cette vision à rendre accessible les soins de qualité pour tous, nantis et moins nantis. Des soins de haute qualité, dans les conditions les plus relevées par les congolais et pour les congolais. Il a appelé de tous ses vœux, qu’il soit réalisé aussi, au sein de CHIP, la chimiothérapie qui fait défaut aussi dans les hôpitaux du pays. L’ordre des médecins a non seulement le sentiment de reconnaissance pour tout le personnel du CHIP, pour son engagement dans les soins de qualité et dans la dynamique de l’inversion de roue de l’évolution des soins en faveur des praticiens congolais, mais également tous ces hauts faits de cette œuvre grandiose.

Cette organisation remercie Marie Olive Lembe Kabila pour son sens élevé de redorer l’image de la médecine. Le nouveau bébé du CHIP a vu le jour grâce à l’initiatrice Marie-Olive Lembe Kabila le jeudi 30 juin 2022 pendant que la nation congolaise toute entière offrait au héros national, Patrice Emery Lumumba un nouveau sépulcre et commémorait aussi les 62 ans de l’indépendance. La présidente de l’IPOLK signe ainsi une indépendance sanitaire pour le peuple congolais. C’était devant un parterre d’invités bien choisis dans toute la couche sociale du pays de Kinshasa comme de l’intérieur du pays. Déjà, la maternité a vu naître son tout premier bébé avant la fin de la semaine inaugurale.

Laisser un commentaire