Enfin, Matata Ponyo devant la barre

C’est officiel. L’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo sera devant les juges de la Cour constitutionnelle le 25 octobre prochain dans l’affaire du parc agro-industriel de Bukangalonzo.

Pour preuve, toutes parties au procès notamment le ministère public, la défense et les parties civiles. Dans l’entretemps, le sénateur Augustin Matata Ponyo est en train de solliciter son évacuation à l’extérieur du pays pour des soins appropriés. À en croire le Premier ministre honoraire, il a été victime d’un empoisonnement. Prisonnier politique Le sénateur Augustin Matata ne se lasse pas dans sa bataille pour des soins à l’étranger s’estimant qu’il est devenu prisonnier politique.  » Je suis effectivement prisonnier politique parce que pour des raisons de santé, il m’est impossible de quitter le pays, incroyable » s’est-il étonné. Prisonnier parce qu’il s’est dit privé de liberté de mouvement à l’intérieur comme à l’extérieur du pays depuis le 09 mai dernier, date à laquelle il est rentré au pays pour répondre à la justice sur le dossier Bukangalonzo. Et Matata de s’interroger :  » comment peut-on imaginer quelqu’un qui a été empoisonné soit interdit de poursuivre le traitement dans un centre spécialisé de toxicologie ( qui n’existe pas au pays) afin de s’assurer que tout le poison a été absorbé. Cet élu estime qu’il importe de promouvoir réellement l’état de droit et d’éviter des prisonniers politiques, car dans le fond, le développement en dépend inéluctablement. Il est temps que les responsabilités soient établies pour enfin punir les véritables auteurs de la débâcle de Bukangalonzo. À la justice de faire son travail en toute indépendance et impartialité. Pour rappel, le rapport de l’IGF est accablant. L’ancien Premier ministre est considéré comme auteur intellectuel delà débâcle de Bukangalonzo.

Laisser un commentaire