Hausse du prix du transport sur certaines lignes

La hausse du prix de transport en commun préoccupe de plus en plus les kinois. Cette majoration de la course rend de plus en plus difficile le transport en commun dans certains coins de la capitale.

C’est le cas de la ligne rond-point Ngaba via Grand marché (zando). Le constat fait sur ces lignes montre que les conducteurs ont délibérément décidé de revoir la course à 1000 FC en lieu et place de 500 francs congolais, tarif fixé par l’Hôtel de ville. Malheureusement, c’est la population qui en pâtit. Face à cette situation, les conducteurs et la population ont exprimé leurs désidératas et ont invité l’État à prendre ses responsabilités en mains pour résoudre le problème de transport en commun

Trésor Mulamba:  » Nous plaidons pour que le prix du carburant à la pompe soit sensiblement revu à la baisse car les 200 francs congolais que l’Etat avait réduit n’est encore rien. Nous, conducteurs qui empruntons l’axe Zando via rond-point Ngaba, lorsque nous transportons 8 personnes pour 500 francs congolais à bord de nos véhicules, cela nous donne 4000 FC pendant que 5 litres de carburant coûte 10000 FC. Vous constatez vous même en tout cas, que vous ne pouvez rien gagner. C’est pourquoi,  nous fixons le prix de la course à 1000 FC en lieu et place de 500 FC. En ce moment vous pouvez gagner 16000 FC ‘‘, a déclaré Trésor Mulamba conducteur de transport en commun. De son côté Papy Kungi, conducteur de taxi-bus appelé Hiace a argué que par jour, il achète le carburant pour 70000 FC avec un versement journalier de 50000 FC. A cela s’ajoute le droit de parking par course, et ainsi que le paiement de la taxe. Au finish, ils n’ont rien comme bénéfice.

Selon Onesime Longe, passager, depuis l’annonce de confinement dans le pays, le prix de la course de transport revient toujours à 1000 FC. Ici au rond-point Ngaba contrairement à d’autres lignes excepté celui de New Transkin qui revient toujours à 500 FC. Ils peuvent avoir raison en plaçant deux personnes par banc. Mais le constat fait est que le prix de transport revient toujours à 1000 FC. Nous en appelons à la responsabilité de l’État de se pencher sur cette affaire pour résoudre la situation. Avec le confinement, nous constatons que tout est devenu difficile et même le transport en commun.

Pour Papy Kitoko conducteur de transport et habitant les environs du rond-point Ngaba, le fait de revoir le prix du carburant à la baisse que pour 200 FC, cela ne change en rien le prix du transport en commun. Réduire le prix de la course à 500 FC, constitue un déficit ou un manque à gagner pour nous conducteurs. Que l’État s’arrange pour nous trouver la solution.

NKK

Laisser un commentaire