Insécurité à la prison de Makala : Le gouvernement appelé à prendre ses responsabilités

L’insécurité devient de plus en plus criante et grandissante dans les établissements pénitentiaires de la RDC, et particulièrement à la prison centrale de Makala.

Alors qu’un milieu carcéral est un cadre approprié où les détenus sont censés être pleinement en sûreté en dépit de leur statut soit de condamné ou de détenu préventif. Cependant à la prison centrale de Makala, plusieurs détenus bien ciblés surtout les détenus d’opinion, ne bénéficient pas de cette sécurité du pouvoir public. C’est le cas de l’évêque Pascal Mukuna, président de l’Eveil patriotique et responsable de l’Assemblée Chrétienne de Kinshasa (ACK). Ce dernier a été victime des menaces dans sa cellule du pavillon 11 par des personnes non autrement identifiées qui en voulaient à sa vie. Approché par votre rédaction, Grace Tshiunza, l’un des membres de l’Eveil patriotique a déploré ce cas d’insécurité. Il a dénoncé le fait que la plupart de personnes qui sont arrêtées et détenues à Makala sont des criminels ou des kulunas. Ce sont ces mêmes personnes qui sont au service de certaines personnalités politiques du pays ou de services occultes de certaines personnes malintentionnées qui cherchent à nuire aux autres, comme l’a déclaré l’évêque qu’on voulait le tuer. Ce membre de l’Eveil patriotique souligne que ces services portent de  » l’Etat-Major ou encore PM ». Et ce sont ces services qui dictent la loi à la prison. Pour lui, la vraie sécurité à la prison consiste tout simplement à empêcher des cas d’évasion. Mais la vraie sécurité des individus pour bénéficier d’une certaine protection pour une agression ou contre la maladie, cette sécurité est douteuse à la prison centrale de Makala.  » Vous ne pouvez donner du crédit pareille sécurité. Et pourtant l’État lui-même bénéficie d’un service gratuit de ces gens qui sont capables de nuire ou de traumatiser. L’État est démissionnaire dans ce sens. Une fois que vous franchissez les lignes de la prison vers la porte de la sortie, vous trouverez la police et les militaires qui ne sont là que pour empêcher qu’il y ait des évasions  », a-t-il souligné. Grace Tsiunza note qu’étant une grande personnalité de ce pays, l’évêque Pascal Mukuna devait bénéficier d’une bonne sécurité de la part de l’État. Il faut dire qu’aussitôt que le président et initiateur de l’Eveil Patriotique a été victime des menaces par des personnes non autrement identifiées, les membres de ce mouvement citoyen n’ont pas tardé d’alerter l’opinion internationale, l’État congolais et la population congolaise sur la situation de Pascal Mukuna qui était directement traumatisé et qui a fait une chute de tension. Mais, actuellement sa situation sanitaire est plutôt stable, affirme l’Eveil patriotique qui suit de près l’évolution de l’affaire et appelle les magistrats à instruire avec célérité le dossier afin que cet homme de Dieu soit libéré. Grace Tshiunza plaide pour que l’Etat de droit puisse triompher dans ce dossier, dans la mesure où l’évêque Mukuna est innocent au regard de toutes les accusations portées contre lui. Il a appelé tous les membres de l’Eveil patriotique à la vigilance pour la libération de leur leader. Plusieurs observateurs s’interrogent au sujet de l’insécurité qui sévit à la prison centrale de Makala et des personnes qui entretiennent cette insécurité. Ils en appellent au pouvoir public de garantir la sécurité aux personnes incarcérées car il est de leur droit d’en être bénéficiaires. Cela constitue une obligation légale pour l’État de protéger les détenus et leur réserver un bon traitement.

NKK

Laisser un commentaire