Ken Guelord, l’étoile montante de l’humour congolaise

De son vrai nom, Ngeleka Kalambayi Ken, dit Ken Guelord est un acteur humoriste qui berce et divertit plusieurs congolais.

Cet artiste utilise son sens de l’humour comme atout pour faire passer les messages. Il se base sur le vécu quotidien et surtout sur la Sainte Bible qu’il utilise généralement comme son fondement. Ken est né dans la province du Kasaï précisément à Mbuji-Mayi le 12 juin 1990. Il est issu d’une famille nombreuse dont il est 8 ème enfant. Il est le fruit de l’union de Kalambayi et de Ntumba. Ses parents constituent une véritable source de motivation dans la mesure où il tenait à ce qu’ils soient fiers de lui.

C’est en 2017 qu’il se lance dans l’humour de manière professionnelle. Cependant, il s’est fait remarquer vers la fin de l’année 2018. À l’instar de tout autre métier, Ken Guelord s’est également inspiré de plusieurs humoristes. C’est le cas de Benji 4 sur le plan national et God el Maleh à l’international. Il souligne également qu’il existe aussi des personnes qui lui ont donné le goût du métier. Il s’agit entre autres de Ronsia Kukel et de Félix k Kisabaka. Jour pour jour, ça fait 5 ans depuis qu’il évolue dans le « One Man Show ». Il s’est déjà produit dans plusieurs salles prestigieuses de la ville de Kinshasa: en 2018, il s’est produit à l’Amphithéâtre de Notre Dame de Fatima ainsi qu’à Palm Beach sur invitation de Sunday comedy. En 2019, il s’est produit trois fois dans la salle Show Buzz avec Ronsia et Benji 4. Pendant ce temps-là, Ken jouit de son succès paisiblement.

Ains, il se décide afin de s’auto-produire. En 2021, il avait organisé son tout premier  » One Man Show » Made in Ngeleka intitulé « Rire aux larmes ». Ce 29 juillet, il va se produire encore dans le compte de son second spectacle intitulé « Aventurier pour un but ». “ Le plus important dans ce que je fais, c’est d’abord se sentir épanoui, car au-delà du talent, nous devons nous retrouver pécuniairement afin de mieux faire prochainement.

En dépit de tous les efforts consentis, dommage que nos autorités en charge du ministère de la Culture et des Arts nous laissent souffrir, nous abandonnent à notre propre triste sort, mais le plus important est que nous espérons à un changement dans les jours qui viennent ” a-t-il insisté. Hormis l’humour, Guelord est aussi étudiant en troisième graduat à l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication (IFASIC). De surcroît, il est chef de promotion. Et cela depuis la première année.

Babunga Bora, stagiaire IFASIC

Laisser un commentaire